"La dette se rembourse, c'est un principe", estime Dussopt, le ministre des Comptes publics

, modifié à
  • A
  • A
Olivier Dussopt, le ministre délégué aux Comptes publics, était l'invité politique d'Europe Matin samedi. 3:15
Olivier Dussopt, le ministre délégué aux Comptes publics, était l'invité politique d'Europe Matin samedi. © Europe 1
Partagez sur :
Invité samedi d'Europe Matin, Olivier Dussopt, le ministre délégué aux Comptes publics, a balayé l'hypothèse d'une annulation de la dette liée au Covid-19. Conséquence de la crise sanitaire : la dette globale de la France devrait s'envoler à 120% du PIB.
INTERVIEW

Le projet de loi de finances 2021 a été définitivement adopté jeudi. Il fait face à des prévisions économiques particulièrement sombres, conséquences de la crise sanitaire : une récession de 11%, et une dette qui s'envole à 120% du PIB. Pour autant, il n'est pas question d'annuler cette dernière, comme l'ont suggéré certains économistes et responsables politiques ces dernières semaines. "La dette se rembourse, c'est un principe", a déclaré samedi au micro d'Europe Matin Olivier Dussopt, le ministre délégué chargé des Comptes publics.

"La France est un pays qui ne fait pas défaut", assure ce responsable gouvernemental. "La dernière fois c'était en 1812, depuis nous avons connu sept régimes politiques et deux guerres mondiales sans jamais faire défaut", rappelle-t-il. "La France peut avoir des discussions sur le cantonnement de la dette et les délais, mais au-delà de ça, la dette se rembourse."

Un plan de relance à 100 milliards d'euros

"Pour 2021 nous avons proposé au Parlement, qui l'a accepté, de mettre l'accent sur la relance, avec un plan de relance de 100 milliards d'euros sur deux ans", rappelle Olivier Dussopt. À cela s'ajoute 20 milliards d'euros "pour répondre à l'urgence et aux effets du second confinement", indique -t-il. Cette somme est "prête à être engagée pour aider les entreprises qui font face à des fermetures, qui souffrent le plus", précise encore le ministre.

L'objectif du gouvernement est de renouer fin 2022 avec le niveau de production de richesses de la fin 2019, juste avant que la crise sanitaire n'éclate en France. Le fort rebond enregistré par l'économie française à la sortie du premier confinement laisse espérer une reprise rapide.

 

 

Europe 1
Par Romain David