Écoles : Ségolène Royal dénonce "des circulaires pour que les ministres se couvrent pénalement"

, modifié à
  • A
  • A
Ségolène Royal 2:20
Ségolène Royal était l'invitée d'Europe 1 dimanche. © Europe 1
Partagez sur :
Interrogée sur Europe 1 sur la gestion gouvernementale du retour à l'école avec le déconfinement, l'ancienne ministre et présidente d'association Ségolène Royal a déclaré avoir "l'impression que le gouvernement fait des circulaires pour que les ministres se couvrent pénalement".
INTERVIEW

Avec la réouverture des écoles, un enseignant sur deux seulement est retourné devant ses élèves, ce retour s'étant effectué sur la base du volontariat. N'aurait-il pas fallu être plus contraignant afin que tous les élèves retrouvent le chemin de l'école sans inégalité territoriale ? Interrogée sur Europe 1 sur cette gestion gouvernementale du retour à l'école, Ségolène Royal, ancienne ministre de l'environnement et présidente de "Désirs d'avenir pour la Planète", a déclaré avoir "l'impression que le gouvernement fait des circulaires pour que les ministres se couvrent pénalement".

Un protocole sanitaire "absurde"

"Les enseignants ont envie de voir leurs élèves", a assuré l'ancienne ambassadrice des pôles. "Mais il y a 62 pages de protocole !" s'est-elle indignée avant d'ajouter penser qu'il s'agit plus d'un "problème politique de mobilisation de la communauté éducative. Il faut la valoriser au lieu de lui faire des reproches et lui envoyer des circulaires de 62 pages".

"Je vais vous citer une absurdité que le maire de Dijon François Rebsamen m'a racontée", à propos du fameux protocole, a ajouté l'ancienne ministre. "Il faut 4 mètres carré autour de chaque élèves, y compris lorsque la table est contre le mur ! Il faut aussi des ronds au sol, les enfants assis au milieu des ronds...Comme si ces circulaires visaient à se couvrir pénalement. On a l'impression que le gouvernement fait des circulaires pour que les ministres se couvrent pénalement !"

"Laissons l'intelligence collective, des élus locaux, des enseignants, des équipes pédagogiques, pour organiser correctement les choses !", a conclu Ségolène Royal.

Europe 1
Par Séverine Mermilliod