Des quotas de femmes dans les directions des entreprises ? Guerini "souhaite que ce soit le cas"

, modifié à
  • A
  • A
Stanislas Guerini veut faire avancer la parité dans les entreprises. 2:12
Stanislas Guerini veut faire avancer la parité dans les entreprises. © Europe 1
Partagez sur :
Invité dimanche du "Grand rendez-vous", le délégué général de LREM Stanislas Guerini s'est dit "favorable à ce qu'on puisse mettre en place des quotas pour les cadres dirigeants des entreprises françaises". "On doit continuer à bouger sur ces questions", estime-t-il. 
INTERVIEW

Un outil nécessaire pour faire avancer la parité ? Au mois de janvier, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'est dit favorable à l'instauration de quotas dans les entreprises pour faire progresser la parité, et a dit souhaiter le dépôt d'une proposition de loi à la mi-mars. Invité dimanche du Grand rendez-vous Europe 1/Les Echos/CNews, le délégué général de LREM Stanislas Guerini soutient cette idée. "Je souhaite que ce soit le cas", dit-il, estimant que le gouvernement doit être un partenaire "exigeant", vis-à-vis des entreprises. 

"C'est un sujet extrêmement important", assure Stanislas Guerini, revenant sur la proposition de Bruno Le Maire. "Les parlementaires de la majorité y travaillent depuis de nombreux mois. On doit continuer à bouger sur ces questions."

"Nous devons être des partenaires exigeants"

Au micro d'Europe 1, le patron du parti présidentiel insiste sur "le soutien qu'on doit apporter aux entreprises". Mais, ajoute-t-il, "je crois que nous devons être des partenaires exigeants et les pousser à accélérer leur transformation à tout point de vue : sur la responsabilité sociale, environnementale, et sur ce chantier sur la parité". 

Il y a dix ans, rappelle Stanislas Guerini, "était votée la loi Copé-Zimmermann qui imposait des quotas dans les conseils d'administration. On est passé de 10 à 40% en 10 ans, mais il faut aller plus loin aujourd'hui". Aussi, poursuit-il, "je suis favorable à ce qu'on puisse mettre en place des quotas pour les cadres dirigeants des entreprises françaises". Mais sur quel modèle ? "Nous avons mis en place un 'index Pénicaud' sur l'égalité salariale. On pourrait mettre en place dans les critères de cet index un indicateur pour savoir quel est le pourcentage de personnel féminin dans les directions d'entreprise et pousser les entreprises avec un système contraignant", propose Stanislas Guerini.

Faut-il aller jusqu'à des sanctions financières ? "C'est souvent la seule façon de faire avancer les entreprises", répond l'invité d'Europe 1. "Il faut leur laisser le temps de la transition, mais si une entreprise ne bouge pas, il faut la contraindre."

Europe 1
Par Antoine Terrel