Départ de Theresa May : Macron salue son "travail courageux"

, modifié à
  • A
  • A
Le président a réagi à la démission de Theresa May.
Le président a réagi à la démission de Theresa May. © IROZ GAIZKA / POOL / AFP
Partagez sur :
Le président de la République a réagi à l'annonce de la démission de la première ministre du Royaume-Uni Theresa May.

Emmanuel Macron a salué vendredi le "travail courageux" de Theresa May, après l'annonce de la démission de la Première ministre britannique, et a appelé à "une clarification rapide" sur le Brexit, a indiqué l'Elysée.

Le chef de l'Etat a estimé que cette décision "doit aussi rappeler, dans un moment de choix important, que les votes de rejet sans projet alternatif conduisent à une impasse", en faisant allusion aux élections européennes de dimanche et au Brexit.

Mme May "a mené un travail courageux pour la mise en oeuvre du Brexit dans l'intérêt de son pays et le respect de ses partenaires européens", souligne Emmanuel Macron, qui lui a adressé "un message personnel de soutien et de remerciement".

"La France se tient prête à travailler avec le nouveau Premier ministre britannique"

Mme May a annoncé vendredi matin qu'elle démissionnerait de ses fonctions de cheffe du Parti conservateur -- et donc de cheffe du gouvernement-- le 7 juin, en exprimant "un profond regret de ne pas avoir été capable de mettre en oeuvre le Brexit". La sortie du Royaume-Uni de l'UE n'est toujours pas effective près de trois ans après le vote des Britanniques à 52% en faveur du Brexit lors du référendum du 23 juin 2016. Initialement prévu le 29 mars, il a été repoussé au 31 octobre au plus tard, obligeant le pays à participer aux élections européennes.

Pour l'Elysée, "il appartient au Royaume-Uni, suivant ses procédures, de désigner un nouveau Premier ministre. La France se tient prête à travailler avec le nouveau Premier ministre britannique sur l'ensemble des sujets européens et bilatéraux. Notre relation avec le Royaume-Uni est essentielle dans tous les domaines".

"Il est trop tôt pour spéculer sur les conséquences de cette décision. Les principes de l'Union européenne (UE) continueront à s'appliquer, notamment la priorité a préserver le bon fonctionnement de l'UE, ce qui nécessite une clarification rapide", a souhaité le chef de l'Etat.