Castex maintient la limite de 30 personnes dans les lieux de culte

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Les lieux de culte pourront à nouveau accueillir leurs fidèles samedi, comme l'a annoncé mardi Emmanuel Macron. Malgré les demandes des catholiques, Jean Castex a confirmé, jeudi, le maintien de la limite des 30 personnes autorisées dans les édifices religieux. 

Lors d'une conférence de presse jeudi, Jean Castex a confirmé la réouverture des lieux de culte dès samedi, à l'occasion du déconfinement progressif. Ils accueilleront dans un premier temps 30 personnes dans le respect des normes sanitaires. Cette jauge pourra évoluer en fonction de la "capacité globale d'accueil" du lieu de culte mais aussi de la "situation sanitaire et de l'échéance du 15 décembre", a affirmé le Premier ministre.  

À ce sujet, "les discussions se poursuivent avec les autorités religieuses", a indiqué Jean Castex. Mardi soir, Emmanuel Macron a annoncé que les offices religieux publics seraient à nouveau autorisés samedi mais "dans la stricte limite de trente personnes". Lundi, lors de discussions avec le ministère de l'Intérieur, les responsables de cultes s'étaient mis d'accord sur un protocole de reprise des offices, suspendus pendant le confinement, prévoyant notamment un espace de "4m²" entre chaque fidèle. 

La décision du gouvernement a donc causé "déception" et "surprise" chez les évêques catholiques, qui souhaitent que la jauge soit fonction de la taille de l'édifice.

"Une jauge pour tout le monde, c'est clair", selon Gabriel Attal

Plusieurs responsables de culte, notamment l'épiscopat catholique, avaient indiqué qu'une nouvelle proposition devait leur être faite jeudi matin. La limite de 30 personnes a également été critiquée jeudi matin sur Europe 1 par le président du Sénat, Gérard Larcher. "Entre le temple de ma paroisse à Rambouillet et une grande église, le chiffre de trente n'a pas de sens", a pointé le sénateur Les Républicains des Yvelines.

De son côté, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, invité sur Europe 1 avait défendu mercredi la nécessité d'avoir "des règles claires". "Et le fait d'avoir une jauge pour tout le monde, c'est clair", a-t-il estimé, "ça permet de rendre les choses claires visibles pour tout le monde, on va pas envoyer des gens pour mesurer les mètres carrés dans une église".

Europe 1
Par Tiffany Fillon