Débat des européennes : "La planète, c'est devenu 'Game of Thrones'" selon Fabien Roussel (PCF)

, modifié à
  • A
  • A
Fabien Roussel exagère la hausse du nombre de déplacés depuis 2012. 1:54
Fabien Roussel exagère la hausse du nombre de déplacés depuis 2012.
Partagez sur :
L'augmentation du nombre de guerres, de pays pillés et de division entre les peuples font dire au secrétaire général du PCF Fabien Roussel mardi soir, lors du débat des européennes, que le monde est comparable à la trame de la série-événement "Game of Thrones".

Le monde, une série HBO ? Fabien Roussel le pense, en tout cas : pour le secrétaire national du Parti communiste français, invité mardi soir du débat des européennes sur Europe 1 et CNews, "la planète, c'est devenu Game of Thrones avec des puissants qui se prennent pour des seigneurs et qui se moquent éperdument des peuples".

Une hausse du nombre de déplacés, mais…

Selon lui, "il n'y a jamais eu autant de guerres, de pays pillés, de frontières, de murs érigés entre les pays" avec un nombre croissant de réfugiés. "J'aime bien citer les chiffres du Haut-commissariat aux réfugiés qui, année après année, atteignent des records. L'année dernière [en 2017, NDLR], ce sont 68 millions d'hommes, de femmes et d'enfants déplacés, obligés de fuir leurs pays. Ils étaient 19 millions il y a cinq ans", compare le communiste.

En réalité, il y avait bien davantage que 19 millions de déplacés il y a quelques années : selon les rapports du HCR, ils étaient environ 45,2 millions de personnes à fuir les zones d’insécurité et de combats en 2012, 51,2 millions en 2013, et 59,5 millions en 2014. Des chiffres bien supérieurs à celui avancé par Fabien Roussel mardi soir.

Sortie de l'Otan et co-développement

"Si on veut s'attaquer à ce problème-là, il faut d'abord se battre pour le co-développement et pour que chaque peuple aie les moyens de vivre dignement", poursuit le responsable communiste, "pour la paix, pour le désarmement nucléaire". Sa liste conduite par Ian Brossat propose également de "sortir de l'Otan" et "accueillir dignement ceux qui fuient leurs pays".

Europe 1
Par Thibaud Le Meneec