Dans l'hémicycle ou au gouvernement, quelle place pour François de Rugy ?

  • A
  • A
François de Rugy va retrouver samedi son siège de député.
François de Rugy va retrouver samedi son siège de député. © Ludovic MARIN / POOL / AFP
Partagez sur :
L'ancien ministre de la Transition écologique, qui avait démissionné du gouvernement suite aux révélations de Mediapart sur son train de vie, doit retrouver samedi son siège de député.
ON DÉCRYPTE

Après les affaires et la polémique, l'heure du retour a sonné pour François de Rugy. L'ex-ministre de la Transition écologique, qui avait démissionné du gouvernement, fragilisé par les révélations de Mediapart, notamment concernant ses dîners fastueux dà l'Hôtel de Lassay, va retrouver samedi son siège de député de Loire-Atlantique. Mais quel place cet ancien poids lourd de l'exécutif peut-il désormais exercer au sein de la majorité ? 

Du perchoir à la place 634, tout à gauche de l’hémicycle, sans maroquin ministériel ni logement de fonction, François de Rugy se retrouve au cœur d'une majorité pléthorique de plus de 300 députés. Mais il ne redeviendra pas un député lambda, assure un proche, qui l'a toutefois prévenu : le retour sur le terrain va être compliqué. "Les gens attendent des explications", observe-t-il.

François de Rugy "ne pèse rien politiquement", selon un cadre du groupe

Sur le fond, François de Rugy, actuellement en vacances, compte bien continuer à faire avancer l'écologie et être utile. Mais comment, s'interroge un ancien collaborateur ? "Au niveau local, dans une association ou au gouvernement ?" Emmanuel Macron et Édouard Philippe pourraient-ils faire revenir leur ex-ministre ? Ni l'Élysée, ni Matignon ne souhaitent commenter. Mais dans la majorité, certains jugent l'idée loin d'être illogique. "Après tout il a été blanchi", avance un marcheur. Un cadre du groupe est lui beaucoup moins tendre : "Ses explications sur ses dîners étaient foireuses. Qu'il revienne, ça n'est ni opportun, ni souhaitable". Et surtout, ajoute-t-il, François de Rugy "ne pèse rien politiquement".

Europe 1
Par Hadrien Bect, édité par Antoine Terrel