#BalanceTonYoutubeur : Squeezie s'excuse auprès de youtubeurs accusés "à tort" et regrette "une chasse aux sorcières"

, modifié à
  • A
  • A
Squezzie est revenu pour la première fois sur la polémique. Capture d'écran.
Squezzie est revenu pour la première fois sur la polémique. Capture d'écran. © Youtube
Partagez sur :
Dans un tweet posté début août, le vidéaste avait dénoncé des pratiques de harcèlement sexuel à l'oeuvre dans l'univers des youtubeurs.

Son tweet posté en plein cœur de l'été avait secoué les réseaux sociaux. Le 6 août, le youtubeur Squeezie, suivi par onze millions de personnes, dénonçait le comportement de certains de ses collègues "qui profitent de la vulnérabilité psychologique de jeunes abonnées pour obtenir des rapports sexuels". Cette prise de position avait été suivie de nombreux témoignages, réunis sous le hashtag #BalanceTonYoutubeur, qui dénonçaient des pratiques de harcèlement sexuel présentes dans le milieu de Youtube.

Dans cette avalanche de témoignages, certains internautes n'avaient pas hésité à citer nommément certains youtubeurs accusés de harcèlement.

Il dénonce "une chasse aux sorcières". Mercredi, dans une nouvelle vidéo publiée sur sa chaîne (à partir de 10:24), Squeezie est revenu pour la première fois depuis son tweet sur la polémique, tenant à "s'excuser". "Ce qui m'a poussé à faire ce tweet", explique-t-il d'entrée, "c'est des vrais témoignages poignants qui dénonçaient les actes honteux d'une minorité de youtubeurs".

"La plupart des noms des gens à qui je pensais au moment du tweet sont sortis dans la presse. Ces histoires vont maintenant être réglées devant la vraie justice et pas devant celle de Twitter", ajoute-t-il. Mais "en ne donnant aucun nom pour des raisons légales, ça a crée un malentendu général", estime-t-il, "et c'est devenu pour certains une sorte de chasse aux sorcières".

L'image de certains youtubeurs entachée "à tort". Évoquant des photomontages utilisés par certains internautes, Squeezie regrette "l'immense diffamation que certains youtubeurs ont subi à cause de moi (...) ça a entaché leur image à tort". Et de citer l'exemple de Norman Thavaud, "que je ne visais pas du tout et qui s'est quasiment tout pris gratuitement dans la gueule". 

"Je m'excuse auprès des youtubeurs qui ont pris la tempête et de ces rageux", conclut le vidéaste.