"Au Revoir" : quand Valéry Giscard d'Estaing revenait sur l'allocution qui a marqué sa vie politique

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
"Au revoir" : c'est sur ces mots et sur une mise en scène qui a marqué la vie politique française que Valéry Giscard d'Estaing a accepté sa défaite à l'élection présidentielle en 1981 face à François Mitterrand. Trente ans plus tard, en 2011, il revenait au micro d'Europe 1 sur cette épisode fort de sa carrière politique.

Le troisième président de la Ve République Valéry Giscard d'Estaing (1974-1981), qui modernisa dans les années 70 la vie politique avant de voir son mandat fracassé par la crise économique, est mort mercredi soir du Covid-19, entouré des siens dans sa propriété d'Authon dans le Loir-et-Cher, à l'âge de 94 ans. C'est le 19 mai 1981 que Valéry Giscard d'Estaing perd la présidentielle et se décide à faire ses adieux aux Français. Dans une allocution passée à la postérité, il conclut par un "Au revoir" très solennel avant de se diriger vers la porte au fond de la pièce. En 2011, il est revenu sur cet épisode qui a marqué les Français au micro d'Arlette Chabot, sur Europe 1.

Une mise en scène "pas programmée"

"J'avais écrit moi-même un texte pour dire adieu aux Français. Je trouve qu'il est assez bon", expliquait-il alors. "D'abord, je souhaitais à Mitterrand de réussir, et aux Français d'être heureux etc. Je leur disais : en ce qui me concerne, moi, je vous dis adieu. Mais je n'avais pas vu que la porte qui était dans la salle - c'est une grande salle - était assez loin. Et puisque je m'étais dit qu'il fallait visualiser car on est dans le monde de l'image. J'ai donc pensé : je vais me lever, et puis je vais partir. Mais je n'avais pas vu que ça faisait un trajet aussi long. Alors la caméra m'a suivi pendant un long moment. Ça a marqué les gens, qui y ont vu une espèce de départ un peu tragique, un peu insistant. Et pour beaucoup d'entre eux, ça a été émouvant. Et pour d'autres, c'était un sujet de critique, de dérision par la suite. Mais ce n'était pas programmé !"

Europe 1
Par Océane Herrero