"Alexandre Benalla n'a que 27 ans, les avions, les voyages, tout ça lui monte à la tête", estime la députée LREM Sonia Krimi

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Chez Karl Zéro, la députée LREM Sonia Krimi est revenue sur le cas Alexandre Benalla. Au moment où l'affaire avait éclaté, elle avait demandé "une transparence à l'exécutif" sur ce sujet.
KARL ZÉRO ET SES TONTONS FLINGUEURS

La députée LREM Sonia Krimi est connue pour avoir une certaine liberté de ton au sein de la majorité. Lorsque l'affaire avait éclaté en juillet 2018, elle avait expliqué être "abasourdie", expliquant ne pas comprendre "pourquoi Alexandre Benalla n'a pas été viré le 2 mai". Encore récemment, elle affichait son soutien aux "gilets jaunes". Chez Karl Zéro mercredi, interrogée sur l'affaire Benalla, suite aux dernières révélations sur les passeports diplomatiques et l'audition au Sénat de l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, elle explique qu'il faut à présent "passer à autre chose".

 

>> De 11h à 12h30, c’est tous les jours Anne Roumanoff sur Europe 1 ! Retrouvez le replay de l’émission ici

"On ne va pas guillotiner les gens ". "On n'a pas su gérer l'affaire Benalla, pour autant, ce n'est pas la fin du monde", assure la députée LREM. "On ne va pas guillotiner les gens parce qu'ils n'ont pas su faire ce qu'il fallait", souligne-t-elle, précisant "il faut passer à autre chose". Si elle n'excuse en rien l'attitude de l'ex-chargé de mission de l'Élysée, la femme politique estime qu'on parle actuellement de "l'écume" des choses.

"Il n'a que 27 ans". Pour expliquer les récentes révélations au sujet des passeports diplomatiques en possession d'Alexandre Benalla, Sonia Krimi pointe du doigt l'âge de l'intéressé. "Il n'a que 27 ans, les avions, les voyages, tout ça lui monte à la tête", souligne-t-elle. "Avec le pouvoir, si vous n'êtes pas assez solide, ça vous fait perdre la tête", raconte Sonia Krimi. "Mais parler de ses voyages et de ses passeports, vous pensez que cela va résoudre l'affaire ?", interroge-t-elle, précisant à nouveau : "c'est une responsabilité, pour nous tous, de passer à autre chose."

 

Europe 1
Par Guillaume Perrodeau