Agnès Buzyn dénonce la "brutalité" d'Anne Hidalgo sur l'environnement

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Agnès Buzyn a fustigé la méthode employée par Anne Hidalgo dans sa politique pour réduire le nombre de voitures dans Paris. Si Nicolas Hulot a loué les "mesures courageuses" de cette dernière, l'ancienne ministre de la Santé y voit au contraire, au micro d'Europe 1, de la "brutalité".
INTERVIEW

Elle a le même objectif, mais pas la même méthode. Invitée du "Grand journal du soir" d'Europe 1 jeudi, la candidate LREM des municipales parisiennes Agnès Buzyn s'est exprimée à moins de deux semaines du scrutin sur un des axes de son programme "à deux jambes" : l'environnement. Alors que son ancien collègue ministre Nicolas Hulot a vanté le courage d'Anne Hidalgo d'avoir pris des décisions difficiles dans le domaine, notamment sur les voitures, Agnès Buzyn estime au contraire qu'il s'agit "de brutalité".  

"Même ceux qui sont contre la voiture subissent les décisions"

Si elle n'est pas contre l'objectif d'Anne Hidalgo d'avoir des transports moins polluants, Agnès Buzyn "dénonce la méthode de l'idéologie punitive zéro voitures" employée par l’actuelle maire. Affirmant que "tous les Parisiens et les Parisiennes ont le même ressenti" qu'elle, la candidate LREM avance que "même quand on ne conduit pas [dans Paris], faire du vélo dans les embouteillages, avec une ville brouillon ou tout le monde se croise et se coupe, ce n'est du plaisir pour personne".

"Même ceux qui sont contre la voiture subissent les décisions prises par l'actuelle maire", ajoute la championne de LREM à Paris, qui pointe en sus un "espace publique qui n'est plus vivable, bruyant, pollué, insécure", et dans lequel "on ne peut plus se promener".  

Rachida Dati ? Une "voie sans issue"

Au lendemain d'un débat entre les candidats parisiens au cours duquel Agnès Buzyn a été très offensive face à Anne Hidalgo, la médecin n'en n'oublie pas pour autant d'égratigner son autre rivale, Rachida Dati, qui propose selon elle une "voie sans issue". Celle qui est pourtant en tête des sondages est "seule et sans allié", dixit la remplaçante de Benjamin Griveaux.

Créditée de 25% des intentions de vote dans un sondage, la candidate LR ne serait pas pour autant la favorite du scrutin selon Agnès Buzyn. "Les élections municipales à Paris sont compliquées, c'est le vote par arrondissement qui compte", rappelle-t-elle. Ce qui lui permet ensuite de conclure : "Ce n'est pas parce qu'on a 25% dans les sondages que l'on va avoir plus d'élus [dans les arrondissements]."

Europe 1
Par Ugo Pascolo