À Levallois, "le couple Balkany avait fait en sorte de transformer le citoyen en client"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Interrogé par Pierre de Vilno sur Europe 1, Olivier de Chazeaux, qui a brièvement supplanté Patrick Balkany à la mairie de Levallois-Perret, décrit le système mis en place par l'élu pour faire tourner cette commune des Hauts-de-Seine.
INTERVIEW

Patrick Balkany, le maire de Levallois-Perret, et son épouse Isabelle, également sa première adjointe, comparaissent à partir de lundi devant la 32ème chambre du tribunal correctionnel de Paris, spécialisée dans les affaires financières. C'est tout un système que les juges vont examiner au cours de ces six semaines de procès. Le couple le plus puissant des Hauts-de-Seine est accusé d'avoir dissimulé au fisc, entre 2007 et 2014, l'équivalent d'au moins 13 millions d'euros, à travers notamment des montages financiers de haute volée et un patrimoine immobilier "occulte", selon leur l'ordonnance de renvoi.

"Ce système était tellement bien organisé que certains ont pu le qualifier de type 'mafieux'", relève au micro de Pierre de Vilno, sur Europe 1, Olivier de Chazeaux, qui fut maire de Levallois de 1995 à 2001. L'ancien édile évoque un système "fondé, d'une part, sur l'opacité d'un certain nombre de services : la communication, les sports et les réceptions". Et, de l'autre, "une activité immobilière particulièrement importante".

Opacité immobilière

Olivier de Chazeaux a siégé six ans, entre les deux mandats fleuves de Patrick Balkany, le premier de 1983 à 1995, puis le second de 2001 à aujourd'hui. Le soutien apporté à Jacques Chirac a permis à Olivier de Chazeaux de remporter la municipale de 1995 face à un Patrick Balkany qui avait rallié Edouard Balladur. "Lorsque l'on arrive à la tête de cette municipalité, on découvre avec effarement que les opérateurs immobiliers sont peu nombreux, qu'ils sont sélectionnés sur des critères peu connus […], et que ce ne sont certainement pas les critères économiques qui sont retenus", explique Olivier de Chazeaux.

"On retient comme principe, à chaque fois, le monopole d'un architecte. Il n'y a qu'un architecte qui intervient sur la ville, et qui impose différents promoteurs immobiliers", poursuit-il. "C'est ce que je découvre en 1995, et on a fait en sorte, naturellement, de changer tout cela. Ça revient en 2001. La chambre régionale l'avait constaté en 1995, et elle le reconstate après 2002."

Levallois-Perret transformée en entreprise

Olivier de Chazeaux considère que le couple Blakany a dirigé Levallois-Perret à la manière d'une entreprise. "Il y a une vraie confusion dans l'esprit du maire et de son premier adjoint, qui ont pour but ultime de développer leur entreprise", soutient-il. "Le couple Balkany avait fait en sorte de transformer le citoyen en consommateur, en client. Leur objectif, c'était de le servir, de considérer que le contribuable levalloisien n'avait pas d'intérêt démocratique, seulement un intérêt de business", pointe encore l'ancien maire. "J'ai toujours considéré que le couple Balkany avait trahi l'engagement politique. Ils étaient engagés dans tout, sauf de la politique".

Pour cet ex-député, le procès qui s'ouvre devra mettre en lumière "une certaine pratique, qui est contestable et détestable dans la vie politique française."

Europe 1
Par Romain David