2019, l'année de tous les risques pour Christophe Castaner

  • A
  • A
© Thomas SAMSON / AFP
Partagez sur :
Après la gestion des débordements liés à la crise des "gilets jaunes", le ministre de l'Intérieur va devoir s’atteler à au moins deux chantiers d'envergure : la réforme de la loi de 1905 et le redécoupage des circonscription électorales.
L'ÉDITO POLITIQUE

Il y a un ministère où l’année a commencé avec un soupir de soulagement : celui de l’Intérieur. Ni débordements, ni violences liées à la crise des "gilets jaunes" le soir du réveillon. Toutefois, Christophe Castaner va avoir en 2019 un programme chargé, avec un objectif : sortir du rôle de ministre des chiffres de mobilisation sur les ronds-points et dans les villes.

Prendre une dimension régalienne. Après plus d’un mois de mobilisation non-stop des "gilets jaunes" on aurait pu croire que le premier flic de France avait été muté à la circulation. Or, il n'est pas question pour lui de s’installer dans ce rôle de ministre de la police. L’attaque terroriste de Strasbourg lui a, de ce point de vue et fort malheureusement, rappelé que la mission est très lourde. Donc en 2019, le tandem formé par Christophe Castaner et Laurent Nunez, secrétaire d’Etat à la sécurité, devrait évoluer de manière à permettre au ministre d'occuper enfin l’étage régalien de son poste. Cette évolution est d’autant plus important que le périmètre du ministère a été réorganisé en lui enlevant la gestion des collectivités locales, qui ont été toujours été placées sous le contrôle du ministère de l’Intérieur .

Reprendre l'islam de France en main. Le débat sur la laïcité, lié au projet de réforme d’une partie de la loi de 1905, devrait fournir au ministre de l’Intérieur l’occasion de prendre une autre densité politique. D’aucuns disent "enfin", tant les urgences ou les priorités des derniers mois ne lui ont pas fourni cette occasion. La réforme de la loi de 1905, un des leviers pour détacher l’islam de France des influences étrangères, est perçue comme un débat ultra-sensible. Il interviendra en plein grand débat national sur le fonctionnement de la démocratie, d’où un risque de confusion et de messages brouillés. Ce sujet est un terrain miné, sous-jacent dans les discours des "gilets jaunes".

Un délicat redécoupage électoral. Autre sujet très sensible : le redécoupage électoral qui devrait aboutir à la disparition de circonscriptions. Mais curieusement, à ce jour, il n’y a toujours pas de conseiller découpage électoral au sein du cabinet de Christophe Castaner. Est-ce à dire que ce redécoupage n’aurait pas lieu ? Place Beauvau, on assure que son recrutement est en cours.

Vendredi,  Le gouvernement se réunira pour un petit déjeuner de rentrée avant les vœux du président aux ministres. Comme la tradition le veut, c'est le ministère de l’Intérieur qui reçoit. Christophe Castaner, jouera les maîtres de cérémonie pour un gouvernement sous pression. Le transfuge du parti socialiste vise en 2019 à gagner ses galons de baron du macronisme.

Europe 1
Par Michaël Darmon