Harry et Meghan privés par Elizabeth II d'utiliser la marque "Sussex Royal"

  • A
  • A
Meghan Markle et son épouse le prince Harry ne pourront plus utiliser la marque "Sussex Royal" 0:47
Meghan Markle et son épouse le prince Harry ne pourront plus utiliser la marque "Sussex Royal" © Daniel LEAL-OLIVAS / AFP
Partagez sur :
La reine Elizabeth II a demandé à ce que le couple Harry et Meghan n'emploient plus le terme "royal", en raison de la décision du couple de se mettre en retrait de la monarchie britannique. Ce nouvel épisode du "Megxit", a enflammé les tabloïds outre-manche, qui ont considéré que la réponse de Meghan et Harry était "méchante et hargneuse".

Un nouveau rebondissement dans le feuilleton du "Megxit". Un terme utilisé pour désigner non pas une nouvelle sortie de l'Union européenne des Britanniques, mais les tensions entre d'une part le prince Harry et son épouse Meghan, et d'autre part la reine Elizabeth II. Depuis la décision du couple de se mettre en retrait de la monarchie britannique, rien ne va plus au palais de Buckingham.

D'après le Daily Mail, Harry et Meghan sont désormais forcés d'abandonner leur marque "Sussex Royal", qu'ils utilisent notamment sur leur compte Instagram, à la demande de la reine Elizabeth II. En cause, la présence du mot "royal", jugé non-adéquat par la reine, car ils ne sont plus des membres actifs de la monarchie. Mais Harry et Meghan ont décidé de ne pas en rester là.

Dans un communiqué, le couple explique qu'il acceptera à contre-cœur la décision d'Elizabeth II. Même si, selon eux, la monarque n'est pas habilitée à décider de l'utilisation ou non du terme "royal" à l'étranger. Car Harry, 35 ans, et son épouse Meghan, 38 ans, avaient révélé le 8 janvier qu'ils souhaitaient prendre leur indépendance financière et s'installer en Amérique du Nord avec leur fils Archie. 

Une réponse décrite comme "méchante et hargneuse" par le Daily Express. D'après le Sunleur réaction a fait énormément de peine à la reine, qui aimerait que le "Megxit" se fasse au plus vite. Mais malheureusement pour Elizabeth II, le feuilleton est visiblement loin d'être fini. 

Europe 1
Par Joanna Chabas, édité par Ariel Guez