Brigitte Bardot : "Mes larmes, c'est mon arme pour aller au combat"

  • A
  • A
1:54
Partagez sur :
Si elle continue de mener ardemment son combat en faveur de la protection des animaux, Brigitte Bardot a confié sur Europe 1 que leur souffrance "bloquait sa joie de vivre". 
INTERVIEW

La dernière fois que Brigitte Bardot a pleuré, c’était "hier", a-t-elle confié à Wendy Bouchard, samedi sur Europe 1. Invitée exceptionnelle de la Matinale, l'iconique "BB" a raconté son quotidien, ses joies et ses peines, et surtout la vigueur avec laquelle elle mène son combat pour la protection animale depuis 45 ans.

"Pas la moindre grande victoire". Une vigueur, certes, mais qui est parfois entachée de déception, et d'un brin d'amertume. "Oh, ça m’arrive de pleurer malheureusement. Mais ces larmes, c'est mon arme pour aller au combat, c'est ma volonté pour faire changer les choses. Et malheureusement, en 45 ans de combat, je n'obtiens pas la moindre grande victoire des gouvernements successifs. C'est quelque chose qui me désespère", explique Brigitte Bardot, qui vient de publier un livre, Larmes de Combat, chez Plon. 

"La chaleur" des courriers. Chaque jour, dans sa maison de La Madrague, Brigitte Bardot, 83 ans, reçoit une centaine de courriers, qu'elle prend soin de lire méthodiquement, entièrement. "Beaucoup de mon courage, je le puise dans ces lettres que je reçois. Les gens m’écrivent parce qu’ils ont perdu un chien ou un chat, et sont dans un désespoir incommensurable. En sachant que la seule personne qui peut les comprendre, c’est moi. Vous ne pouvez pas savoir la chaleur que ça m’apporte au cœur…", raconte-t-elle, émue.

Entendu sur europe1 :
Je me fous de ce qu’on peut dire de moi. Complètement. Comme de l’an 40

"J'ai été traquée comme un animal". Forte de cette affection reçue, Brigitte Bardot balaie d'un revers de main les critiques et les moqueries dont elle fait parfois l'objet. "Je me fous de ce qu’on peut dire de moi. Complètement. Comme de l’an 40", éructe-t-elle. Ce combat pour protéger les animaux est intimement lié à son histoire personnelle. "Ce qui me fait le plus mal, c’est la souffrance des animaux. Je ressens leur douleur, parce que j’ai été traquée dans ma vie, quand j’étais star, comme un animal", se souvient douloureusement l'ancienne actrice. "Personne ne sait à quel point on les martyrise tous les jours. Il est certain que ça bloque beaucoup de ma joie de vivre et de mon enthousiasme", poursuit-elle.

"J'ai beaucoup vieilli". Quand elle se regarde dans le miroir le matin, pour se maquiller et faire son chignon, Brigitte Bardot se dit qu'elle a "beaucoup vieilli", glisse-t-elle dans un rire. Elle ajoute : "Il faut aussi avoir le sens de l’humour. Mes larmes sont terrifiantes, mais de temps en temps, j’aime beaucoup rire".

Le véganisme ? "On se prive de plein de trucs et ça devient insupportable"

Végétarienne depuis 40 ans, Brigitte Bardot se refuse à pousser sa démarche jusqu'au véganisme, un mode de vie qui consiste à rejeter tout produit de consommation où les animaux ont été utilisés, de quelque façon que ce soit. Cela consiste par exemple à adopter un régime alimentaire végétalien, mais aussi à refuser les produits cosmétiques testés sur les animaux, à renoncer aux habits en cuir, en soie, ou en laine.

"Je ne veux pas passer à l’extrême, on peut très bien bouffer des œufs, du fromage, du lait. On ne tue pas les animaux pour ça", estime Brigitte Bardot. "Je ne mange plus du tout de viande, c’est bien assez. On n’a pas à devenir vegan, sinon on se prive de plein de trucs et ça devient insupportable", juge-t-elle.

Europe 1
Par A.H.

Les + lus