TFX propose de fêter Halloween en compagnie des plus grands serial killers

  • A
  • A
chroniques criminelles julie denayer
"Chroniques criminelles" est présenté par Julie Denayer © TFX
Partagez sur :
La chaîne du groupe TF1 propose samedi une édition spéciale de "Chroniques criminelles". Afin de fêter Halloween de manière vraiment effrayante, l'émission consacre un numéro de son magazine aux tueurs en série.

Quitte à se faire peur, la chaîne du groupe TF1 propose d'y aller à fond, sans tomber dans les superstitions ou les histoires de fantômes. Elle propose en effet pour son prime de samedi un nouveau numéro de son magazine Chroniques criminelles, consacré aux serial killers. 

Retrouvez toute l’actu médias dans notre newsletter quotidienne

Recevez chaque jour à 13h les principales infos médias du jour dans votre boîte mail. Un rendez-vous incontournable pour être au point sur l’actu, les audiences télé de la veille et faire un point sur les programmes à ne pas manquer.

Abonnez-vous ici

Un casting extrême

L'émission, présentée par Julie Denayer, promet de nous faire découvrir des monstres bien réels, que nous présente Jacques Pradel qui assure, comme toujours, la narration de ce numéro. "On a choisi les trois pires criminels dont on continue de parler en Amérique aujourd'hui", annonce-t-il.

Et la liste énumérée par Jacques Pradel donne en effet froid dans le dos : "Samuel Little, 93 victimes, qu'on a appelé 'le Picasso du crime', Ted Bundy l'insoupçonnable 'tueur à la tête d'ange' et aux 36 victimes, et enfin John Wayne Gacy, 'le clown tueur'. On est dans des extrêmes du crime. "

Des criminels qui fascinent le public

L’émission revient sur le parcours de ces tueurs en série, avec tentative de décryptage de leurs gestes. Pour Jacques Pradel, l'attrait du public pour ces histoires est très fort. "Cette fascination existe pour les serial killers, des femmes leur écrivent en prison, parfois pour les épouser, même si cela reste rare" rappelle-t-il.

Un attrait qui a pour lui plusieurs facteurs. "Cette fascination est due au choc provoqué par l'énormité des faits, à notre répulsion et à notre envie de comprendre", explique-t-il. "C'est que fait Chroniques criminelles, en expliquant le travail d'enquête mené autour de ces polars de la vie réelle."

Europe 1
Par Charles Decant avec Alexis Patri