Pendant le confinement, Arnaud Ducret s'initie à la pole dance avec sa fiancée

, modifié à
  • A
  • A
Arnaud Ducret 2:09
Pendant le confinement, Arnaud Ducret s'initie à la pole dance avec sa fiancée Claire Francisci © Europe 1
Partagez sur :
Confiné avec la danseuse et professeure de pole dance Claire Francisci, le comédien et humoriste Arnaud Ducret profite du confinement pour s'initier à cette discipline exigeante mêlant acrobatie et gymnastique. Il s'est même essayé à la position du crucifix à l'envers et raconte sur Europe 1, au micro d'Anne Roumanoff. 
INTERVIEW

Pour certains le confinement est aussi l’occasion de pratiquer une activité sportive, et pourquoi pas originale. C’est le cas d'Arnaud Ducret, comédien et humoriste confinée avec sa fiancée Claire Francisci, danseuse et professeur de pole dance. L'artiste donne des cours en ligne à ses élèves, de barre mais aussi de remise en forme et de renforcement musculaire. "Parfois je descends, je vais dans le salon et elle est sur une barre en train de faire des tours !", raconte le comédien.

La position du crucifix à l'envers

"Elle défend vraiment la Pole dance de cirque. Justement, elle fait tout pour qu’on enlève cette image de boîte de nuit avec les billets dans la culotte", insiste Arnaud Ducret. "On n’est pas là-dedans du tout!" Ancienne danseuse du Crazy Horse, Claire Francisci a monté sa propre école de pole dance en 2014, Pole Spirit, à Paris. Elle a participé à plusieurs compétitions et à l’émission La France a un incroyable talent.

La pole dance est une discipline exigeante mêlant gymnastique et acrobatie. Arnaud Ducret s'est essayé de réaliser quelques figures malgré ses 1m90 et ses 98 kilogrammes. "Je me mets sur les barres et je me tiens par les jambes". Une position du crucifix à l’envers, pour "passer de belles soirées", plaisante-t-il. "Ce sont vos jambes qui vous tiennent et vous avez les bras écartés et la tête en bas. Je l'ai fait, et bien ça a changé ma vie."

L'occasion pour cet hyperactif de s’occuper pendant cette période confinement qui lui paraît déjà trop longue. "Je n'en peux plus. Je ne vais pas vous faire les phrases 'C'est bien parce qu’on se retrouve', 'On peut revivre des choses avec nos enfants', non je veux aller dehors boire une bière, laisse-moi tranquille", ironise-t-il.

Europe 1
Par Mathilde Durand