Mamoudou Gassama ne participera pas à "On n'est pas couché"

, modifié à
  • A
  • A
Selon "Libé", les chauffeurs de motos taxis de "Quotidien" et "TPMP" en sont presque venus aux mains pour l'interroger en premier.
Selon "Libé", les chauffeurs de motos taxis de "Quotidien" et "TPMP" en sont presque venus aux mains pour l'interroger en premier. © AFP
Partagez sur :
"Libération" avait affirmé vendredi que le refus de l'entourage du jeune homme de participer à l'émission avait provoqué la colère de la productrice Catherine Barma. La production d'ONPC a démenti. 

Auteur du sauvetage d'un enfant suspendu à un balcon dans le 18ème arrondissement de Paris samedi dernier, Mamoudou Gassama est devenu un héros. Le jeune homme malien de 22 ans, qui avait escaladé en quelques secondes et à mains nues la façade de l'immeuble, a été reçu par Emmanuel Macron et a fait le tour des plateaux.

En revanche, dans le portrait consacré vendredi au jeune homme, Libération rapporte que l'adjoint au maire PC de Montreuil, Djenaba Keita, qui s'est mué en attaché de presse de Mamoudou Gassama, a refusé que ce dernier s'installe dans le fauteuil face à Yann Moix et Christine Angot dans On n'est pas couché, l'émission animée par Laurent Ruquier et diffusée le samedi soir en deuxième partie de soirée, sur France 2. "Il n'est pas prêt et il n'est pas là pour ça", a expliqué l'élu au quotidien. "On lui demande d'avoir des avis, de prendre position sur la politique d'immigration de Macron, mais ce n'est pas son rôle !". 

Marathon médiatique et bagarre entre chauffeurs. Selon le quotidien, cette décision aurait provoqué la colère de Catherine Barma, productrice de l'émission présentée par Laurent Ruquier. Car après son exploit, Mamoudou Gassama avait réalisé un véritable marathon médiatique, passant de Touche pas à mon poste !, sur C8, à Quotidien, sur TMC, en passant par LCI et C à vous sur France 5. Quitte à déchaîner les passions. Dans le portrait consacré au jeune homme, Libération raconte que les chauffeurs de motos taxis de Quotidien et TPMP en sont presque venus aux mains pour l'interroger en premier…

"On a découvert avec stupeur qu'on était en colère". La production de l'émission de France 2 a indiqué vendredi au HuffPost avoir découvert "avec stupeur" qu'elle était "en colère". "Evidemment qu'il était la personne et qu'on a voulu l'avoir !", ajoute la production. La personne qui s'occupe de sa communication nous a proposé qu'il vienne dans l'émission pendant 20 minutes. Ça n'était pas possible car ONPC a un format auquel nous ne dérogeons pas, l'invité reste tout le long, même les invités les plus prestigieux", poursuit la production de ONPC.

La production explique également que la personne en charge de la communication de Mamoudou Gassama devait rappeler l'émission. "Elle était sans doute submergée par les demandes, y compris celles venant de l'international, Catherine Barma a fini par la rappeler elle-même", indique la production. "L'entourage de Mamoudou Gassama lui a montré l'émission et on nous répond que c'est 'trop violent et qu'on s'y fait agresser'. Catherine Barma s'est défendue. On a cherché à savoir ce qu'on lui avait montré. La responsable de ses relations presse nous a dit qu'elle n'avait pas à se justifier et a raccroché. Deux jours plus tard, on apprend qu'on est furax...".