Miss France : Sylvie Tellier "choquée" par les tweets antisémites visant la première dauphine

, modifié à
  • A
  • A
April Benayoum a été la cible de commentaires antisémites. 1:16
April Benayoum a été la cible de commentaires antisémites. © LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :
Sur Europe 1, Sylvie Tellier, directrice générale de la Société Miss France, est revenue sur les commentaires antisémites sur les réseaux sociaux qui ont visé la première dauphine April Benayoum. "Je suis choquée de me dire qu'en 2020, il y a encore des gens qui tiennent ce genre de propos et qu'on les laisse faire", réagit-elle. 

Ces nombreux propos haineux ont terni la soirée. Samedi soir, alors que Miss Normandie, Amandine Petit, était élue Miss France 2021, sa première dauphine April Benayoum, Miss Provence, a été visée par de nombreux commentaires antisémites sur les réseaux sociaux après avoir révélé que son père était d'origine israélienne. Des messages qui ont déclenché l'indignation au sein de la classe politique. Au micro d'Europe 1, Sylvie Tellier, directrice générale de la Société Miss France, dénonce elle aussi ces attaques antisémites, mais se réjouit des nombreuses condamnations. "Il faut évidemment réagir pour que cela cesse", dit-elle 

"Je suis choquée de me dire qu'en 2020, il y a encore des gens qui tiennent ce genre de propos, ce genre d'atrocités et qu'on les laisse faire", réagit la Miss France 2002. "On ne s'habitue jamais à ce genre de choses", poursuit-elle, rappelant que les Miss "sont souvent l'objet de critiques".  L'an dernier, précise Sylvie Tellier, la lauréate du concours 2020, Clémence Botino, "a eu aussi lors de son élection beaucoup d'attaques racistes sur les réseaux sociaux".

"Il faut réagir pour que cela cesse"

Si la directrice générale de la société Miss France est scandalisée, elle se félicite toutefois des condamnations unanimes. "Je suis heureuse de voir qu'hier soir, pendant l'élection, de nombreux artistes se sont positionnés et ont soutenu April Benayoum. Et ce matin, le gouvernement a réagi". 

"Ces propos sont dénoncés, condamnés, et c'est bien", insiste-t-elle. Et de conclure : "Il faut évidemment réagir pour que cela cesse".

Europe 1
Par Marion Gauthier, édité par Antoine Terrel