"Mes amis disent que les médias mentent" : un documentaire analyse la détestation des journalistes

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Lancé par l'Ecole supérieure de journalisme de Lille et réalisé par la société de production TSVP, le documentaire "Détestés ?" porte sur la haine que suscitent aujourd'hui les journalistes. Pour en parler dans "Culture médias" sur Europe 1, Philippe Vandel a reçu vendredi la réalisatrice Joséphine Duteuil et le journaliste Jules Giraudat.
INTERVIEW

Pourquoi l'image des journalistes s'est-elle à ce point dégradée ? Sur le terrain, les réseaux sociaux et ailleurs, la confiance placée dans ces intermédiaires entre l'information et le public s'est érodée, au point d'en faire aujourd'hui une profession détestée. Détestés ?, c'est le nom du documentaire lancé par l'École supérieure de journalisme de Lille et réalisé par la société de production Tournez S'il vous plaît (TSVP).

Le documentaire opère un focus sur six jeunes journalistes aux profils très différents, pour autant de modules disponibles depuis vendredi sur YouTube et diffusés dans des classes de lycées. Pour en parler, Philippe Vandel a reçu vendredi matin dans Culture médias Joséphine Duteuil, réalisatrice du documentaire et ancienne élève de l'ESJ Lille, ainsi que Jules Giraudat, journaliste pour Forbidden Stories, un collectif international de journalistes qui collaborent pour poursuivre des enquêtes au cours desquelles des journalistes ont été tués parce qu'ils faisaient leur métier.

L'effet catalyseur des "gilets jaunes"

Récemment, en France, cette haine s'est matérialisée par la défiance affichée par les "gilets jaunes" envers les médias traditionnels. "Les 'gilets jaunes' lambda ne parlent pas à BFMTV", déplore dans le documentaire Guillaume Bertrand, jeune journaliste sur la chaîne d'information. "Ça m'embête parce que c'est mon rôle de parler à tout le monde. La parole des 'gilets jaunes' est inaudible sur notre chaîne."

Autre milieu, autre détestation : en banlieue ou dans les quartiers populaires de grandes villes. "Mes potes d'enfance aiment beaucoup ce que je fais, ils ne sont pas critiques de mon travail mais les journalistes en général en prennent pour leur grade", raconte Madjid Khiat, reporter pour la chaîne Franceinfo et originaire du quartier populaire de Gerland, à Lyon. "Mes amis disent que les médias mentent. Certains n'aiment pas France Télévisions parce qu'ils pensent que c'est une télévision d'État, 'télé-Macron', alors que c'est faux."

"L'idée de cette série, c'était d'avoir des facettes très différentes de ces phénomènes de haine et de défiance des journalistes", explique Joséphine Duteuil, évoquant aussi le cas de la journaliste Aude Favre, dont la chaîne YouTube "WTFake" contre les fake news est quotidiennement ciblée par des hordes de trolls.

Dans de rares cas, plus graves, des journalistes sont tués pour leur travail. C'est la raison pour laquelle Jules Giraudat et d'autres journalistes entreprennent de poursuivre des enquêtes risquées au sein du collectif Forbidden Stories.

"On se réunit à 45 journalistes de différentes nationalités, on reprend le travail de ce journaliste ou cette journaliste, et on partage nos informations. Le but, c'est de publier au bout de six mois, tous au même moment, pour faire le plus de bruit possible." Dans le documentaire, il enquête en compagnie d'autres journalistes sur la mafia du sable en Inde, un travail qui a donné lieu à une publication dans 30 médias différents. 

Détestés ?, de la société de production TSVP, est disponible depuis vendredi matin sur la chaîne YouTube de l'ESJ Lille.

Europe 1
Par Thibaud Le Meneec