Le coup de sang de Stéphane Bern : "Je ne prends la place de personne"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Stéphane Bern, récemment chargé par Emmanuel Macron de faire l'inventaire des monuments en péril, s'est agacé mercredi sur Europe 1 des critiques virulentes suscitées par sa nomination.

INTERVIEW

"C'est quoi cette vision étriquée ? Sous prétexte que le président de la République vous confie une mission bénévole, je pourrais ne rien faire ? Tout le monde me laisserait tranquille". Mercredi, au micro de Philippe Vandel dans Village médias sur Europe 1, Stéphane Bern a poussé un coup de gueule contre ceux qui l'ont vivement critiqué sur les réseaux sociaux après l'annonce de sa nomination comme nouveau "Monsieur patrimoine". Emmanuel Macron a confié une mission à l'animateur : celle d'établir une liste des monuments et des bâtiments en péril.

"On a tous le droit de faire des actions bénévoles". "Le bon animateur télé, (...) surtout qu'il ne fasse pas de bénévolat, surtout qu'il n'aille pas au secours des sans-abri ou des malades ou du patrimoine. On a tous le droit dans notre vie professionnelle de faire aussi des actions bénévoles. Je ne prends la place de personne", s'est-il emporté, très agacé par cette polémique.

"Ne faites rien, vous serez adulé". "Je suis là pour venir en soutien. Les professionnels s'ils avaient si bien travaillé, le patrimoine n'en serait pas là !", fustige Stéphane Bern, en faisant référence aux propos d'un historien qui, dans l'Obs, a qualifié la nomination de l'animateur "de gifle à l'encontre des professionnels". "Comment vous expliquez que tout tombe en ruines ? Il n'y a plus de subventions publiques. Les propriétaires privés n'y arrivent plus. Je ne vais pas me substituer à eux, je viens aider. Mais dès que vous aidez bénévolement, c'est suspect dans ce pays. Ne faites rien, vous serez adulé, mouillez la chemise, tout le monde vous critiquera", a-t-il encore déploré.