Le Canard enchaîné plonge (enfin) dans le numérique

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
L'hebdomadaire satirique du mercredi annonce dans son numéro du jour une transformation très attendue. "Le canard enchaîné" est le dernier grand jounal national à n'avoir aucune offre numérique digne de ce nom.

C'était un peu le dernier des Mohicans. Mais Le canard enchaîné, qui paraît chaque mercredi, annonce dans son édition de la semaine prendre enfin le tournant du 21e siècle. Le journal satirique va en effet (enfin) développer son offre en ligne.

Retrouvez toute l’actu médias dans notre newsletter quotidienne

Recevez chaque jour à 13h les principales infos médias du jour dans votre boîte mail. Un rendez-vous incontournable pour être au point sur l’actu, les audiences télé de la veille et faire un point sur les programmes à ne pas manquer.

Abonnez-vous ici

La fin du tout papier

Les grands journaux nationaux proposent depuis longtemps des sites Internet et des applications mobiles très complets, avec des articles disponibles uniquement sur le numérique, dont certains payants. De son côté, Le canard enchaîné ne propose sur son site que les Unes de ses numéros papier, et leur accès en format pdf.

L’hebdomadaire annonce donc aujourd’hui sa grande mue : le Canard promet un vrai site internet, complet, facile d'accès et convivial. Il proposera également différentes formules d'abonnement. Du contenu qui devrait également transformer sa stratégie sur les réseaux sociaux. Elle consiste pour l'instant principalement à d'austères tweets annonçant la Une et les grands titres.

 

 

Cette petite révolution de l'hebdomadaire a été accélérée par la faillite du distributeur Presstalis. Cette crise a bousculé la presse française. Elle a fait basculer les comptes du Canard enchaîné dans le rouge, pour la première fois de son histoire. Mais pas de panique : en 2019, les pertes de l'hebdomadaire ne représentaient que 0,2% de ses produits d’exploitation, pas de quoi menacer la survie du journal.

Europe 1
Par Charles Decant avec Alexis Patri