La saison 2 de "Planète chefs" commence dimanche, avec un chef africain

  • A
  • A
Pierre Siewe, chef Camerounais, fait partie du casting de cette saison 2. 1:21
Pierre Siewe, chef Camerounais, fait partie du casting de cette saison 2. © Capture d'écran Planète+
Partagez sur :
"On a longtemps cherché le chef africain qui métissait la cuisine française, et on est très fiers de l'avoir trouvé", s'enthousiasme sur Europe 1 Stéphane Carrel, réalisateur de la saison 2 de "Planète chefs", diffusée à partir de dimanche sur Planète+. Outre Pierre Siewe, chef camerounais, donc, l'émission suivra aussi des cuisiniers du Mexique, de Grèce et de Tunisie. 

Des chefs du monde entier, qui exercent leur talent en France et racontent comment leur culture influence leurs assiettes : c'est le concept de Planète chefs, l'émission de Planète+, qui revient pour une saison 2, dimanche à 20h55. Particularité de cette saison, selon son réalisateur Stéphane Carrel : la diversité des pays dont sont originaires les cuisiniers suivis. 

 

 

Quatre chefs du Mexique, de Grèce, du Cameroun et de Tunisie

"Dans cette nouvelle saison, on a un chef africain", s'enthousiasme le réalisateur. "On a longtemps cherché le chef africain qui métissait la cuisine française, et on est très fiers de l'avoir trouvé." Outre le Camerounais Pierre Siewe, donc, les trois chefs sélectionnés pour cette saison sont Beatriz Gonzalez, mexicaine, Mikaëla Liaroutsos, grecque et Nordine Labiadh, tunisien. 

Ce dernier a un parcours "très particulier", souligne Stéphane Carrel. "Quand il est arrivé en France, il ne se prédestinait pas du tout à faire de la cuisine. Son premier job, ça a été d'être plongeur dans un restaurant... Et aujourd'hui, il est chef dans ce même restaurant et il a épousé la patronne !"

Des cuisiniers filmés "dans leur intimité propre"

Mais ces pros de la cuisine ne parlent pas seulement de leur métier, prévient le réalisateur, qui les a tous suivis dans leur pays d'origine. "C'est une vraie plongée dans l'intimité de leur cuisine, mais aussi dans leur intimité propre, aussi, parce qu'on va dans les familles, on va vraiment aux sources de leur passion", explique-t-il.

"J'ai passé beaucoup de temps avec eux avant, je suis allé manger chez eux, j'ai beaucoup discuté avec eux", souligne Stéphane Carrel. "Pour moi, c'était primordial qu'ils me donnent cet accès-là pour faire cette série, pour ne pas tomber sur une série classique, documentaire, sur un chef. Moi, je voulais qu'on soit au plus près d'eux tout le temps."

Europe 1
Par Louise Bernard, édité par Margaux Lannuzel