Ce jour où Emmanuel Macron a validé l'opération de sauvetage de Notre-Dame

  • A
  • A
2:26
© PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP
Partagez sur :
Alors que la cathédrale était ravagée par les flammes, le président de la République a dû lui même valider une opération de sauvetage du bâtiment, pourtant dangereuse pour la vie des pompiers impliqués. Une décision cruciale filmées par les caméras des pompiers et de l'Elysée, et dont les images seront diffusées samedi sur TF1, dans Grands reportages. 
INTERVIEW

C'est un des moments clés de cette dramatique soirée du 15 avril dernier, lors de laquelle la cathédrale Notre-Dame de Paris a été ravagée par un incendie. Alors qu'une opération de la dernière chance pour sauver l'édifice est envisagée, mais comporte d'importants risques pour les pompiers impliqués, le président Emmanuel Macron a lui-même tranché en faveur de cette opération. Une décision cruciale filmées par les caméras des pompiers et de l'Elysée, et dont les images seront diffusées samedi sur TF1, dans Grands reportages. Invité vendredi de Culture Médias, sur Europe 1, le producteur du documentaire David Pujadas revient sur les coulisses de cette décision. 

Alors que l'incendie ravage la cathédrale, le feu menace de se propager dans une des tours. Or, un effondrement du bois soutenant les cloches aurait entraîné la destruction de la tour. Deux options se présentent alors aux équipes chargées de l'intervention : considérer le bâtiment comme perdu ou tenter une opération de la dernière chance. Mais cette véritable opération commando comporte des risques pour la vie des 20 pompiers impliqués. Le général Gallet, en charge des opérations, explique alors la situation au président de la République. 

"Emmanuel Macron lui fait un clin d’œil et lui dit 'on y va"

"Il me regarde fixement, intensément", se souvient le général Gallet dans le documentaire. "Je dis alors qu'il y a un risque important, mais qu'on peut le faire. Il y a un silence. Je sens que beaucoup regardent leurs chaussures. Et Emmanuel Macron acquiesce".

Également présent autour des deux hommes, se trouvent notamment le Premier ministre Édouard Philippe et de nombreux ministres, ainsi que la maire de Paris Anne Hidalgo et le préfet de police. "Emmanuel Macron lui met la main sur l'épaule, lui fait un clin d’œil et lui dit 'on y va'", raconte David Pujadas. 

"On est comme une petite souris qui assiste à des décisions prises au plus haut niveau de l'État", s'enthousiasme l'ancien présentateur du 20 heures de France. Les images, tournées par l'Elysée et les pompiers, seront présentes dans le documentaire diffusé samedi à 13h30 sur TF1. 

Europe 1
Par Antoine Terrel