L'enquête d'Envoyé Spécial sur La Poste montre comment les réorganisations "cassent les gens qui sont sur le terrain", explique Elise Lucet

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
L'émission de France 2, "Envoyé Spécial", revient mercredi soir avec une enquête choc sur des suicides d'employés de La Poste. Au micro de Philippe Vandel, la présentatrice et journaliste Elise Lucet dévoile une enquête inédite sur un phénomène passé sous silence. 
INTERVIEW

C'est une enquête qui pourrait faire du bruit. Jeudi soir, la journaliste Élise Lucet, présentera un nouveau numéro de l'émission Envoyé Spécial sur France 2. Pour ce deuxième rendez-vous de la saison, les équipes de France 2 se sont penchées sur les conditions de travail des postiers de l'entreprise publique La Poste

Les journalistes expliquent que La Poste a connu une vague de suicides, au même titre que l'entreprise France Telecom, et qu'elle a réussi à éviter la médiatisation de ces disparitions. Une enquête de longue haleine, qu'Élise Lucet est venue présenter dans "Culture Médias".

Élise Lucet explique qu'on y découvre "des témoignages de facteurs qui ont vu leur tournée complètement réorganisée par un algorithme qui ne connaissait pas la réalité du travail sur le terrain". Le journaliste qui a mené cette enquête pendant plusieurs mois, Pedro Brito Da Fonseca, a ainsi choisi de suivre des facteurs dans leur quotidien pour comprendre leurs conditions de travail. 

Une minute 30 pour déposer un recommandé 

"À un moment, on voit un facteur face à quarante boîte aux lettres devant lui. Il a quatre minutes pour distribuer tout son courrier et a 1 minute 30 pour déposer un recommandé au quatrième étage", raconte la journaliste. "Il doit aussi monter chez les gens et leur dire bonjour. Donc les facteurs ne disent plus bonjour ou laissent un avis de passage dans les boîtes aux lettres."

Des postiers témoignent, mais aussi des cadres, qui révèlent aussi la face cachée d'une organisation oppressante pour les employés. "C'est extrêmement rare, surtout dans une entreprise publique", s'étonne-t-elle. "Ces cadres racontent à quel point ces réorganisations cassent les gens qui sont sur le terrain."

Une ex-attachée de presse témoigne

Nathalie, dont le nom a été changé pour préserver son anonymat, fait partie de ses cadres qui dévoilent les dessous de la crise. Cette ancienne attachée de presse de l'entreprise explique que des procédures étaient prévues en cas de suicide. "S'il y a un problème dans un petit bureau de l'Ardèche, à 9 heures, le dossier est sur le bureau du chef. À 9h30, des argumentaires tombent sur tous les bureaux des attachées de presse", raconte-elle aux équipes d'Envoyé Spécial. "C'était primordial de sauver les apparences pour que La Poste reste une entreprise conviviale propre sur elle."

Dans ce numéro, on apprend aussi que La Poste ne donnent pas de chiffres officiels concernant le nombre de suicides de ses employés. Élise Lucet, évoque donc, au micro de Philippe Vandel, "entre 40 et 50 cas" estimés. Un constat que les journalistes ont eu même découvert grâce à des documents confidentiels. 

La Poste a refusé une interview 

La rédaction d'Envoyé Spécial n'a pas réussi à rencontrer les dirigeants de La Poste. "Nous, ce que l'on attendait, c'était de confronter les responsables à ces témoignages, à ces révélations et documents inédits", se désole-t-elle. "Malheureusement, ils n'ont jamais accepté cette interview."

Pour se défendre, les responsables de l'entreprise expliquent avoir été contactés beaucoup trop tard. Mais Élise Lucet n'est pas convaincue par cette réponse. "On les a contactés il y a plus de deux mois, une fois que l'on avait collecté tous ces documents", assure-t-elle. "Deux mois, c'est un temps important pour réagir."

Le groupe n'a également pas apprécié que les journalistes filment les grévistes. "Ils nous reprochent d'avoir suivi une intrusion de grévistes au sein du siège de La Poste. Mais quand il y a des occupations d'usines, les journalistes suivent les grévistes. Et, au niveau juridique, un journaliste a le droit de suivre une action de gréviste", pointe Élise Lucet, en ajoutant que ses équipes n'ont pas commis d'effraction.  

Europe 1
Par Philippe Vandel, édité par T.F