Dominique Besnehard : "On a eu du mal à faire 'Dix pour cent'"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Chez Anne Roumanoff, l'ancien agent et créateur de la série "Dix pour cent" revient sur les difficultés rencontrées par le programme lors de sa création.
ANNE ROUMANOFF, ÇA FAIT DU BIEN

Succès public et critique, la série Dix pour cent, diffusée sur France 2, affiche une santé étincelante, même après trois saisons. Plus de trois millions de téléspectateurs (3,1) étaient devant leur écran pour les épisodes 3 et 4. Pourtant, au départ, le créateur de la série, Dominique Besnehard, a eu des difficultés pour vendre le projet, comme il l'a expliqué chez Anne Roumanoff lundi.

>> De 11h à 12h30, c’est tous les jours Anne Roumanoff sur Europe 1 ! Retrouvez le replay de l’émission ici

"En quoi ça intéresse la France profonde ces histoires d'agents ?" "On a eu du mal à la faire", a confié Dominique Besnehard au micro d'Europe 1. Lorsque l'ancien agent d'acteurs souhaitait trouver des partenaires pour son projet, on lui répondait alors : "En quoi ça intéresse la France profonde ces histoires d'agents qui s'occupent de gens qui n'ont aucun problème ?". Au total, il aura fallu huit ans avant que la série voit le jour. Initialement prévue pour Canal+, elle fera finalement les beaux jours de France 2.

"Un conseiller artistique mais aussi économique". Dès le départ, Dominique Besnehard voyait quant à lui l'immense potentiel de la série. "C'était montrer les aristocrates, mais aussi les gens dans les cuisines", détaille le producteur. "Les gens dans les cuisines sont souvent très passionnants et c'est eux (les agents, ndlr) qui font que, quelque fois, un acteur peut faire un rôle auquel il n'avait pas pensé", souligne Dominique Besnehard. Lui-même, lorsqu'il était agent, se définissait comme "un conseiller artistique mais aussi économique". Au sujet de Dix pour cent, alors que la saison 3 est actuellement diffusée sur France 2, Dominique Besnehard a indiqué que la saison 4 était en cours d'écriture.

Europe 1
Par Guillaume Perrodeau