Von der Leyen annonce un "plan d'action" contre le racisme dans l'UE

  • A
  • A
Ursula von der Leyen a présenté son discours-programme annuel sur l'État de l'Union devant le Parlement européen.
Ursula von der Leyen a présenté son discours-programme annuel sur l'État de l'Union devant le Parlement européen. © FREDERICK FLORIN / AFP
Partagez sur :
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen va présenter un plan contre le racisme. "Il est temps à présent de construire une Union véritablement antiraciste - en condamnant le racisme, mais aussi en agissant", a-t-elle déclaré devant le Parlement européen. 

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé mercredi son intention de présenter "un plan d'action" contre le racisme et les "crimes de haine, qu'ils se fondent sur la race, la religion, le genre ou la sexualité". "Il est temps à présent de construire une Union véritablement antiraciste - en condamnant le racisme, mais aussi en agissant", a-t-elle déclaré lors de son discours-programme annuel sur l'Etat de l'Union devant le Parlement européen

"La Commission va présenter un plan d'action pour commencer à concrétiser ce projet. Dans ce cadre, nous proposerons d'étendre la liste des infractions prévues par la législation de l'UE à toutes les formes de crimes de haine et de discours de haine - qu'ils se fondent sur la race, la religion, le genre ou la sexualité", a-t-elle ajouté.

"Nous deviendrons plus sévères en matière d'application de la législation" 

Parmi les évolutions attendues, elle a promis de renforcer les "lois en matière d'égalité raciale là où des lacunes subsistent", mais aussi d'utiliser le budget de l'UE "pour lutter contre la discrimination dans des domaines tels que l'emploi, le logement ou les soins de santé". "Nous deviendrons plus sévères en matière d'application de la législation en cas de retard de mise en oeuvre", a averti la dirigeante allemande.

Elle a également assuré que l'UE améliorerait "l'éducation et les connaissances sur les causes historiques et culturelles du racisme", et s'attaquerait "aux préjugés inconscients, qu'ils soient le fait des citoyens, des institutions, voire des algorithmes". "En outre, la Commission désignera son tout premier coordinateur en matière de lutte contre le racisme afin d'accorder à cette question une attention prioritaire", a-t-elle aussi annoncé.