Viande polonaise avariée : "Ça n'arrive pas que dans trois, quatre abattoirs", prévient le journaliste à l'origine des révélations

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le journaliste à l'origine des révélations sur le scandale de la viande polonaise avariée commercialisée en Europe affirme avoir reçu beaucoup d'autres témoignages sur la situation douteuse d'autres abattoirs du pays.
REPORTAGE

C'est par là que le scandale est arrivé : un abattoir un peu perdu au milieu d'un champ enneigé, dans un village d'une centaine d'habitants où tout le monde se connait. Plus de trois tonnes de viande polonaise avariée ont été expédiées dans l'Union européenne depuis cet établissement discret de Kalinowo, petit bourg polonais situé près des frontières lituanienne et biélorusse.

"C'est un crime", pour un habitant. "On achetait tous la viande ici, dans le magasin à côté de l'abattoir", raconte Stanislas, l'un des seuls habitants à avoir accepté de témoigner au micro d'Europe 1. "Depuis cette découverte, je suis dégoûté, ma fille et ma nièce y travaillaient. Si elles avaient su, elles l'auraient dit tout de suite. J'en veux aux responsables, c'est un crime. Je n'ose même pas dire que j'habite dans ce village tellement j'ai honte…"

" Je suis étonné, parce que même si on est dans l'Union européenne depuis peu de temps, les agriculteurs font en sorte de respecter les règles "

Stanislas n'est pas le seul habitant choqué par ce scandale. Un éleveur que nous avons rencontré assure, lui, n'avoir jamais vendu de vaches malades. "Je pensais que ce petit abattoir, c'était que pour le marché local", explique-t-il. "Je suis étonné, parce que même si on est dans l'Union européenne depuis peu de temps [mai 2004, NDLR], les agriculteurs font en sorte de respecter les règles, et de vendre de la viande saine."

Le journaliste a reçu de nombreux autres messages. Comme beaucoup d'autres, il craint l'impact de l'affaire sur la filière bovine polonaise, alors que les autorités parlent d'un cas isolé. Un avis contredit par le journaliste Patryk Chtépaniak, à l'origine des révélations sur ce scandale. "Ma boite mail est remplie de messages d'anciens employés d'abattoirs, d'anciens vétérinaires, et même parfois de certaines autorités, qui savaient que ce genre de pratiques avaient lieu dans leur région", avance-t-il auprès d'Europe 1. "Ça n'arrive donc pas que dans trois, quatre abattoirs."

Pour faire la lumière sur cet export de viande frauduleuse, qui a entre autres entraîné la commercialisation de 150 kilos de viande avariée sur le marché français, des experts européens étaient attendus lundi en Pologne pour évaluer la situation.

Europe 1
Par Hélène Terzian, envoyée spéciale d'Europe 1 en Pologne, édité par Thibaud Le Meneec