Une diplomate indienne condamnée pour espionnage pour le Pakistan

  • A
  • A
Madhuri Gupta a été déclarée vendredi coupable "d'espionnage et de communication illicite d'informations" au Pakistan (image de 2010)
Madhuri Gupta a été déclarée vendredi coupable "d'espionnage et de communication illicite d'informations" au Pakistan (image de 2010) © AFP
Partagez sur :
Arrêtée en 2010, la deuxième secrétaire de l'ambassade indienne à Islamabad (Pakistan) a été condamnée à trois ans de prison pour "espionnage et communication illicite d'informations" au Pakistan ennemi.

Une diplomate indienne qui avait été arrêtée en 2010 a été reconnue coupable d'avoir transmis des informations secrètes aux services de renseignements pakistanais et condamnée à trois ans de prison par un tribunal de New Delhi, a annoncé dimanche son avocat.

Déjà deux ans de détention. Madhuri Gupta, 61 ans, a été déclarée vendredi coupable "d'espionnage et de communication illicite d'informations" au Pakistan, le grand rival voisin, quand elle était en poste à l'ambassade d'Inde à Islamabad. Elle avait passé près de deux ans derrière les barreaux avant d'être libérée sous caution. Son avocat, Joginder Dahiya, a indiqué qu'elle ferait appel. "Elle a déjà passé 21 mois en prison. Elle aurait dû être laissée en liberté en prenant en cause la détention déjà effectuée", a-t-il dit.

Pas d'informations militaires. Madhuri Gupta a évité une peine plus longue parce que les informations qu'elle avait transmises n'étaient pas de nature militaire, rapporte l'agence Press Trust of India. En tant que deuxième secrétaire, Madhuri Gupta n'occupait pas un poste hiérarchique au sein de cette ambassade particulièrement sensible.

Des accusations rejetées. Elle a toujours catégoriquement rejeté les accusations pesant contre elle, affirmant avoir été mise en cause à tort par des responsables de l'ambassade et des Affaires étrangères avec lesquels elle n'avait pas de bonnes relations. Mais le tribunal a conclu qu'elle avait par ses actions nui à l'image de l'Inde et compromis sa sécurité, lui infligeant la peine maximale qu'elle risquait.

"Elle ne mérite aucune clémence". Les informations "transmises par l'accusée étaient des informations absolument sensibles qui auraient pu être utiles aux pays ennemis et leur secret était de la plus haute importance", a estimé le tribunal, selon PTI. "Par conséquent, elle ne mérite aucune clémence." Pakistan et Inde s'accusent régulièrement d'espionnage, et en viennent parfois à expulser des diplomates du pays voisin.