Taxes américaines sur l'acier et l'aluminium : l'unité européenne mise à mal ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Depuis l'annonce des taxes douanières sur l'acier et l'aluminium décidées par les États-Unis contre leurs alliés, les pays de l'Union européenne affichent leur unité. Mais celle-ci pourrait bien se fissurer.

Cette fois, les États-Unis ont bel et bien déclaré la guerre commerciale à leurs alliés, dont l'Union européenne. Si les Européens s'y attendaient - ils avaient préparé des contre-mesures - le plus dur commence. En effet, il va désormais falloir réussir à rester unis face aux Américains.

Front commun… Pour l'heure, à première vue, pas une tête ne dépasse, les Européens parlent d'une seule voix. Dans des déclarations distinctes, prononcées jeudi soir, Emmanuel Macron et Angela Merkel ont tout deux qualifié ces taxes d'"illégales". Les ministres de l'Économie français et allemand ont dégainé un communiqué commun, dont lequel ils apportent leur soutien total à Bruxelles pour prendre les mesures appropriées. Ces mesures sont d'ailleurs déjà connues. Plus de 300 produits américains vont être taxés en représailles : de la poudre pour bébé au jus d'orange de Floride, en passant par des objets en acier. L'éventail est large.

… Pour l'instant. Mais passée la première impression, des nuances apparaissent. La chancelière allemande s'inquiète pour sa part d'un risque d'escalade, et se fait particulièrement du souci pour ses exportations. D'autant que du côté de Washington, de nouvelles taxes semblent se préparer, et pourraient bien concerner l'automobile. Un secteur dans lequel l'Allemagne est en pointe. Selon les chambres de commerce et d'industrie allemandes (DIHK), les automobiles et les pièces automobiles ont représenté plus d'un quart des 111,5 milliards d'euros d'exportations vers les États-Unis l'année dernière. Dès lors, l'industrie tremble outre-Rhin. 

Dans les prochains jours, les Européens vont devoir décider s'ils reprennent ou pas le dialogue avec les Américains. La France exige toujours une exemption avant des discussions commerciales. L'Allemagne et les autres seront-ils d'accord ? Le véritable test d'unité se jouera à ce moment.

Europe 1
Par Isabelle Ory, édité par Anaïs Huet