Syrie : le groupe EI attaque des personnes fuyant le réduit djihadiste, six morts

, modifié à
  • A
  • A
© DELIL SOULEIMAN / AFP
Partagez sur :
Trois attaques suicide contre des personnes fuyant le dernier réduit djihadiste en Syrie, près de Baghouz, ont fait au moins six morts vendredi. 

Le groupe Etat islamique (EI) a lancé vendredi trois attaques suicide contre des personnes fuyant le dernier réduit djihadiste en Syrie, tuant au moins six d'entre elles. 

Trois kamikazes de l'EI se sont faufilés parmi les personnes fuyant le réduit et se sont fait exploser en trois endroits différents, selon un responsable des FDS Mustefa Bali. "Un kamikaze, caché parmi ceux qui fuyaient, s'est fait exploser, tuant au moins six personnes, des membres des familles de djihadistes", alors qu'ils empruntaient le passage ouvert par les Forces démocratiques syriennes (FDS), a indiqué Jiaker Amed, un porte-parole des FDS. Au même moment, deux autres kamikazes ont fait détoner leurs bombes contre des rassemblements de déplacés près des positions des FDS, à deux autres points du passage, blessant légèrement trois combattants des FDS, a-t-il ajouté.

4.000 personnes sont sorties du réduit depuis lundi. C'est la première fois que l'EI cible des rassemblements de personnes fuyant son dernier réduit, la grande majorité présentée comme des familles de djihadistes. Vendredi, des centaines de djihadistes et de membres de leurs familles ont encore pris la fuite, selon Jiaker Amed. Depuis lundi, plus de 4.000 personnes en grande partie des djihadistes sont sortis du réduit, selon les FDS. Outre les contre-attaques djihadistes, l'assaut final des FDS, lancé à nouveau dimanche, a surtout été ralenti par le flot d'hommes, de femmes et d'enfants quittant, souvent blessés et affamés, le réduit.

D'après un dernier décompte établi par l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), quelque 60.000 personnes sont sorties de la poche djihadiste depuis décembre. Une sur dix serait un djihadiste. Les jihadistes sont arrêtés par les FDS et détenus. Les femmes et les enfants sont transférés par camions vers le camp de déplacés d'Al-Hol, dans le nord-est. Parmi eux, de nombreux étrangers que les FDS et les Etats-Unis souhaitent voir rentrer dans leur pays d'origine. La France a annoncé avoir rapatrié "plusieurs" enfants de djihadistes, "orphelins et isolés, âgés de 5 ans et moins" qui se trouvaient dans les camps de déplacés.