Pédophilie : le Vatican va ouvrir une enquête interne contre le cardinal Pell

, modifié à
  • A
  • A
Un des plus proches conseillers du pape François, George Pell a été reconnu coupable de viol sur mineur par la justice de son pays.
Un des plus proches conseillers du pape François, George Pell a été reconnu coupable de viol sur mineur par la justice de son pays. © WILLIAM WEST / AFP
Partagez sur :
"Après la condamnation en première instance du cardinal Pell, la Congrégation pour la doctrine de la foi va désormais s'occuper de ce cas selon les modalités et les délais établis par le droit canon", a annoncé le porte-parole du Vatican.

Le Vatican a annoncé mercredi qu'une enquête canonique interne serait ouverte contre le cardinal australien George Pell, un des plus proches conseillers du pape François reconnu coupable de viol sur mineur par la justice de son pays. "Après la condamnation en première instance du cardinal Pell, la Congrégation pour la doctrine de la foi va désormais s'occuper de ce cas selon les modalités et les délais établis par le droit canon", a annoncé le porte-parole du Vatican, Alessandro Gisotti, dans un communiqué.

Une procédure qui peut aboutir à des sanctions. Cette procédure peut aboutir à des sanctions, dont la plus lourde serait le retour à la vie laïque, comme cela a été le cas pour l'ex-cardinal américain Theodore McCarrick, défroqué mi-février après des accusations d'abus sexuels sur des mineurs et des jeunes hommes. Dans le cas de l'ex-archevêque émérite de Washington, le Vatican n'avait pas attendu le développement des procédures pénales pour ouvrir sa propre enquête.

Âgé de 77 ans, le cardinal Pell, qui clame son innocence et a fait appel, doit passer sa première nuit derrière les barreaux à Melbourne après le verdict rendu en décembre mais annoncé seulement mardi pour des raisons légales. Le Vatican avait réagi mardi à cette "nouvelle douloureuse" en assurant de son "profond respect" pour la justice australienne et en rappelant que le cardinal Pell se disait innocent et qu'il avait "le droit de se défendre jusqu'en dernière instance".