Paris truqués dans le tennis : 13 arrestations en Belgique dans le cadre d'une opération internationale

, modifié à
  • A
  • A
Les suspects ciblaient précisément les divisions secondaires.
Les suspects ciblaient précisément les divisions secondaires. © PETER PARKS / AFP
Partagez sur :
Le parquet fédéral vise "une organisation criminelle belgo-arménienne". Des perquisitions ont également eu lieu en France, en Allemagne et en Bulgarie. 

Treize personnes ont été arrêtées en Belgique dans un coup de filet soutenu par Europol visant "une organisation criminelle belgo-arménienne" spécialisée dans le trucage de matches de tennis, a annoncé mardi le parquet fédéral belge dans un communiqué.

Perquisitions dans plusieurs pays. L'instruction confiée à un juge belge de la région de Gand a débouché sur des perquisitions également en Allemagne, France, Bulgarie, Slovaquie, aux Pays-Bas et aux Etats-Unis, est-il précisé. Les soupçons de corruption concernent des joueurs évoluant dans les tournois secondaires (niveaux "Future" et "Challenger").

Corruption "active" de joueurs de tennis professionnels. En Belgique, à l'issue de 21 perquisitions menées mardi matin, "13 personnes ont été privées de liberté pour audition. Le juge d'instruction décidera ultérieurement de leur éventuel maintien en détention", souligne le communiqué. Aucune précision n'a été donnée sur le résultat des interventions policières dans les autres pays cités. L'enquête soupçonne une corruption "active" de joueurs de tennis professionnels depuis 2014 à travers le monde.

Suspects avec le même profil. Elle découle du travail de la Commission des jeux de hasard dépendant du ministère belge de la Justice, alertée dès 2015 par diverses officines de paris sur le fait que "de nombreuses personnes d'origine arménienne séjournant dans notre pays se seraient rendues coupables de trucage de matches dans le milieu du tennis". Les suspects, indique encore le parquet fédéral, "répondent presque tous au même profil (pas de revenus, pas de travail, insolvables, etc.)".

"Plus facilement corruptibles". "Conformément à des instructions claires, ils utiliseraient l'argent mis à leur disposition dans des bureaux de pari afin de miser sur des matches de divisions inférieures à l'étranger pour lesquels les gains ne sont pas très élevés (5.000 à 15.000 dollars US)", poursuit-il. Lors de ces tournois secondaires, "il n'y a généralement pas d'enregistrements par des caméras (...), si bien que les joueurs seraient plus facilement corruptibles et que les organisateurs de matches truqués généreraient beaucoup d'argent".