New York : accusé d'avoir asphyxié un homme noir en 2014, un policier licencié

, modifié à
  • A
  • A
La mort d'Eric Garner a contribué au déclenchement du mouvement #BlackLivesMatter. (Photo d'archives)
La mort d'Eric Garner a contribué au déclenchement du mouvement #BlackLivesMatter. (Photo d'archives)
Partagez sur :
En 2014, le policier Daniel Pantaleo avait violemment plaqué au sol Eric Garner, un homme noir, obèse et asthmatique, qu'il soupçonnait de trafic de cigarettes. Ce dernier avait alors succombé à sa violente interpellation.

L'affaire avait catalysé le mouvement #BlackLivesMatter dénonçant les violences policières contre les personnes noires : cinq ans après, le chef de la police new-yorkaise a annoncé le renvoi du policier accusé d'avoir asphyxié un homme non armé qui résistait aux injonctions de la police.

Le chef James O'Neill a indiqué avoir décidé de suivre la recommandation d'une juge administrative, qui avait appelé au licenciement à l'issue d'un procès disciplinaire qui s'était terminé en juin. "Je suis d'accord" avec cette recommandation, l'officier de police Daniel "Pantaleo ne peut plus servir de façon efficace comme policier à New York", a indiqué James O'Neill, tout en soulignant que la décision avait été "extrêmement difficile".

Un fait divers qui a agité la planète

L'histoire, qui suscita de nombreuses manifestations et déchaîna les passions, remonte au 17 juillet 2014 : Eric Garner, 43 ans, père de six enfants, avait été violemment plaqué au sol par des policiers qui le soupçonnaient de vendre illégalement des cigarettes dans un quartier de Staten Island. Obèse et asthmatique, Eric Garner, qui refusait d'être interpellé mais n'était pas armé, avait perdu connaissance alors que cinq hommes s'employaient à le menotter, avant de décéder.

Les images de l'interpellation, filmées par un ami, avaient fait le tour du monde : on y entend Eric Garner répéter à maintes reprises, "Je ne peux pas respirer" ("I can't breathe"). Malgré les manifestations que la mort avait suscitées, Le policier Daniel Pantaleo avait gardé son emploi, mais était cantonné à des tâches administratives. Il avait été récemment suspendu dans l'attente de la décision de James O'Neill.