Macron et Merkel signeront le 22 janvier un nouveau traité de coopération franco-allemand

, modifié à
  • A
  • A
Emmanuel Macron et Angela Merkel lors d'un sommet franco-allemand en juin dernier, près de Berlin.
Emmanuel Macron et Angela Merkel lors d'un sommet franco-allemand en juin dernier, près de Berlin. © Ludovic Marin/AFP
Partagez sur :
Le président français et la chancelière allemande signeront le 22 janvier un nouveau traité de coopération entre les deux pays.

Emmanuel Macron et Angela Merkel signeront un nouveau traité de coopération et d'intégration franco-allemand le 22 janvier à Aix-la-Chapelle en Allemagne, a annoncé mardi l'Élysée.

Pour une convergence accrue. Ce traité "s'appuiera sur le socle fondateur du Traité de l'Élysée de 1963, qui a largement contribué à la réconciliation historique entre la France et l'Allemagne, pour viser un nouvel objectif de convergence accrue entre la France et l'Allemagne", a précisé la présidence. 

"Le traité d'Aix-la-Chapelle renforcera les liens déjà étroits entre l'Allemagne et la France, notamment dans les domaines de la politique économique, de la politique étrangère et de sécurité, de l'éducation et de la culture, de la recherche et de la technologie, du climat et de l'environnement, ainsi qu'en matière de coopération entre les régions frontalières et entre les sociétés civiles", souligne l'Élysée. "Les deux pays visent ainsi à approfondir leur engagement commun en faveur de la sécurité et de la prospérité de leurs citoyens, dans le cadre d'une Europe plus souveraine, unie et démocratique", ajoute la présidence.

L'engagement pris il y a un an. Il s'agira de la première rencontre de l'année entre le président français et la chancelière allemande. Ils s'étaient déjà retrouvés à Aix-la-Chapelle, ville proche de la frontière, le 10 mai à l'occasion de la remise du Prix Charlemagne à Emmanuel Macron. Les deux dirigeants s'étaient engagés il y a un an, le 22 janvier 2017, à signer un nouveau traité pour compléter celui signé 55 ans plus tôt.

Le Traité de l'Élysée avait été conclu entre Paris et Berlin près de 18 ans après l'effondrement du nazisme. Sa première application avait été la création de l'Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ) pour promouvoir les échanges entre jeunes. Il a été progressivement renforcé, notamment en 1988 par le chancelier Helmut Kohl et le président François Mitterrand, avec le lancement de conseils franco-allemands pour la sécurité et la politique économique et monétaire.