Macron appelle à une "réponse européenne" face au "défi migratoire"

, modifié à
  • A
  • A
Emmanuel Macron veut doter l'Europe de "plus de capacités" pour surveiller ses frontières.
Emmanuel Macron veut doter l'Europe de "plus de capacités" pour surveiller ses frontières. © PATRIK STOLLARZ / AFP
Partagez sur :
Emmanuel Macron a estimé que l'Europe doit "avoir plus de capacités" pour surveiller ses frontières extérieures, lors de sa rencontre mardi avec Angela Merkel. 

Le chef de l'État français Emmanuel Macron a plaidé mardi en faveur d'une "réponse européenne" face "au défi migratoire" de l'UE, alors que la cacophonie règne entre les différents États tentés par des réponses nationales.

Ils veulent renvoyer les migrants dans les pays d'entrée de l'UE. Il faut "une réponse européenne face au défi migratoire", a déclaré à la presse Emmanuel Macron lors d'une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel près de Berlin. L'Europe doit avoir "plus de capacités" pour surveiller ses frontières extérieures mais aussi davantage de "mécanismes de solidarité à l'extérieur comme à l'intérieur de nos frontières" face à l'arrivée des migrants", a ajouté le président français. 

"Nous allons travailler ensemble pour une solution intergouvernementale ou multi-gouvernementale avec plusieurs États membres qui sont concernés" pour que les migrants "puissent être repris le plus vite possible dans le pays où ils ont été enregistrés", a également déclaré le chef de l'État français. "C'est la philosophie que nous défendons l'un et l'autre (...) et nous allons avancer avec tous nos partenaires sur ce sujet", a-t-il dit.

"Faire avancer cette Europe". L'Europe est confrontée à "un choix de civilisation" face aux discours anti-européens et nationalistes, a-t-il également jugé. "Ce sommet intervient (...) à un moment de vérité pour chacun de nos États et pour notre continent. C'est même peut-être un choix de civilisation", a dit Emmanuel Macron, entre d'un côté "celles et ceux qui voudraient dire (...) que cette Europe est bonne a détricoter" et ceux, comme lui et Angela Merkel, qui veulent "faire avancer cette Europe".

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP