Les jeunes du Rassemblement national et de la Ligue italienne ensemble contre la "submersion migratoire"

  • A
  • A
Jordan Bardella était à l'initiative d'une manifestation dimanche à Menton pour protester contre la "submersion migratoire". (Photo d'archives)
Jordan Bardella était à l'initiative d'une manifestation dimanche à Menton pour protester contre la "submersion migratoire". (Photo d'archives) © AFP PHOTO / JOEL SAGET JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :
Les jeunes du Rassemblement national (ex-FN) et de la Ligue, le parti d'extrême droite du ministre italien Matteo Salvini, se sont retrouvés dimanche à Menton.

Génération Nation et Lega Giovani, les mouvements de jeunesse respectifs du Rassemblement national et de la Ligue, ex-Ligue du Nord, ont mobilisé une soixantaine de militants pour cette première journée de convergence entre leurs mouvements à la frontière franco-italienne. Dans leur ligne de mire, "la submersion migratoire" et la politique d'Emmanuel Macron.

Jordan Bardella, porte-parole du Rassemblement national et directeur national de Génération Nation, a expliqué au cours d'un point presse que la création de ce mouvement, qui a succédé le 23 juin au Front national de la jeunesse, s'était faite "dans une logique d'ouverture avec (ses) alliés potentiels, en France ou à l'étranger". Il a inscrit cette journée dans la perspective des élections européennes de 2019 qui doivent être, selon lui, "un référendum pour ou contre l'immigration massive" en Europe.

Macron dépeint comme "un immigrationniste fou". Jordan Bardella a salué l'action de Matteo Salvini au gouvernement italien, qui a selon lui "prouvé que quand on voulait dire basta à la submersion migratoire, on le pouvait", en se distinguant notamment lors de l'affaire de l'Aquarius, ce navire humanitaire désormais interdit d'accoster en Italie. Jordan Bardella a également dépeint Emmanuel Macron comme un "immigrationniste fou". Les militants nationalistes des deux pays ont ensuite distribué sur le marché de Menton des tracts en français et en italien avec un texte appelant à "protéger nos frontières", sous une photo de Marine Le Pen et Matteo Salvini. Ils se sont ensuite rendus au poste-frontière franco-italien de Saint-Ludovic pour y déployer une banderole "Stop immigration/Basta immigrazione".