Irlande : le crâne d'un croisé momifié retrouvé par la police

  • A
  • A
Les crânes ont été dérobés la dernière semaine de février dans la crypte de l'église Saint-Michan de Dublin.
Les crânes ont été dérobés la dernière semaine de février dans la crypte de l'église Saint-Michan de Dublin. © Capture d'écran Google Street View
Partagez sur :
Le crâne d'un croisé momifié, dérobé dans la crypte de l'église Saint-Michan de Dublin fin février, a été retrouvé. 

Le crâne d'un croisé momifié, dérobé en février dans la crypte de l'église Saint-Michan de Dublin, a été retrouvé, a annoncé mardi soir la police irlandaise.

Deux crânes retrouvés. Un autre crâne, dérobé au même endroit a également été récupéré par les autorités. La police a remercié la population pour "son aide dans le cadre de l'enquête", qui se poursuit avec la contribution du Musée national d'Irlande. L'archevêque de Dublin, Michael Jackson, s'est dit "enchanté" de cette nouvelle. Les momies de la crypte "constituent une partie inestimable du patrimoine de la ville de Dublin", a-t-il expliqué dans un communiqué.

Une crypte pillée. La crypte avait été attaquée au cours du dernier week-end de février, selon la police, et le vol avait été découvert le lundi suivant par un guide qui ouvrait l'église aux visiteurs. Des pieds de biche avaient été retrouvés sur les lieux. Les responsables de la crypte avaient exprimé leurs craintes que le crâne se dégrade aux mains des pillards. "Un corps momifié se décompose très rapidement", avait souligné le père Pierpoint. 

Une attraction touristique. Le cadavre du combattant momifié est censé avoir péri pendant ou peu après une des croisades pour reprendre Jérusalem. En raison de sa grande taille, ses jambes avaient été brisées et pliées pour qu'il puisse entrer dans un cercueil de la crypte de Saint-Michan.

L'église, bâtie en 1095, est une attraction touristique qui attire quelque 28.000 visiteurs chaque année. Sa crypte contient des dizaines de corps momifiés, dont certains exposés dans des cercueils ouverts. Une tradition locale veut qu'elle ait inspiré Bram Stoker, l'auteur irlandais de Dracula, roman gothique de la fin du 19ème siècle. Haendel a joué de l'orgue dans l'église historique avant la première exécution de son oratorio, Le Messie, à Dublin en 1742.