Inde : colère après le meurtre d'un garçon qui résistait à son agresseur sexuel

, modifié à
  • A
  • A
Les parents, qui réclamaient samedi l'arrestation des responsables de l'établissement, ont fait face à centaines de policiers en tenue anti-émeutes. © AFP
Partagez sur :

Le garçon de sept ans avait été attaqué au couteau après avoir résisté à une agression sexuelle dans l'un des sanitaires, d'après la police.

Des affrontements entre parents en colère et policiers ont éclaté samedi dans une école près de New Delhi, après l'arrestation d'un employé qui avait égorgé un garçon de sept ans qui lui résistait pendant une agression sexuelle. Les parents des quelque 1.000 élèves de l'école ont tenté de prendre d'assaut le campus d'une école privée du réseau Ryan international à Gurgaon, ville satellite de Delhi, après la découverte du corps du petit Pradyuman Thakur dans les toilettes de l'école.

Le garçon de sept ans avait été attaqué au couteau après avoir résisté à une agression sexuelle dans l'un des sanitaires, d'après la police. Un employé de l'établissement a été arrêté pour le meurtre.
"L'accusé a avoué le crime lors d'un interrogatoire", a précisé Simardeep Singh, sous-commissaire à Gurgaon. L'enfant a résisté et l'agresseur a décidé de le tuer pour couvrir son crime, a ajouté le sous-commissaire.

Le principal suspendu, une enquête ouverte. Les parents, qui réclamaient samedi l'arrestation des responsables de l'établissement, ont fait face à centaines de policiers en tenue anti-émeutes qui surveillaient l'enceinte pour éviter les débordements. Vendredi, des centaines de parents s'étaient déjà rendus à l'école. Des chaises et des armoires avaient été lancées dans l'établissement. Le principal a été suspendu. Les autorités ont ouvert une enquête sur la sécurité de l'école.

L'un des meilleurs établissements privés. Classés parmi les meilleurs établissements privés, Ryan International exploite près de 150 établissements en Inde et aux Émirats Arabes Unis. L'un d'eux, à New Delhi, s'était déjà retrouvé au cœur d'une polémique l'année dernière, lorsqu'un enfant de six ans avait été retrouvé mort dans un réservoir d'eau. Le principal, un professeur et trois employés avaient été arrêtés pour négligence.