Guatemala : 192 disparus après l'éruption du volcan

, modifié à
  • A
  • A
Une forte explosion a obligé mardi les secouristes à interrompre leurs recherches autour du volcan.
Une forte explosion a obligé mardi les secouristes à interrompre leurs recherches autour du volcan. © JOHAN ORDONEZ / AFP
Partagez sur :
Suite à l'éruption lundi du volcan "de Fuego" au Guatemala, 192 personnes sont portées disparues, ont annoncé les autorités locales. 

Un total de 192 personnes sont toujours portées disparues au Guatemala, deux jours après la violente éruption du Volcan de Feu qui a fait au moins 73 morts et provoqué l'évacuation de milliers de riverains, a annoncé mardi soir la protection civile.

46 blessés. "Désormais nous avons des informations avec des noms et les localités où des personnes sont portées disparues, et nous avons un nombre : il y a 192 personnes qui sont portées disparues", a indiqué lors d'une conférence de presse Sergio Cabañas, un directeur des opérations de secours de la Coordination nationale de lutte contre les catastrophes naturelles (Conred). L'éruption a fait 46 blessés et a entraîné l'évacuation de 3.271 personnes, selon la Conred. En outre, 2.625 personnes ont dû être relogées. La catastrophe a affecté au total 1,7 million de Guatémaltèques.

Une forte explosion mardi. Une forte explosion a obligé mardi les secouristes à interrompre leurs recherches autour du volcan, qui culmine à 3.763 mètres d'altitude à 35 km au sud-ouest de la capitale. Sept villages situés sur le flanc du volcan ont été évacués mardi, en raison de l'augmentation de l'activité volcanique. Le porte-parole de la Conred, David de Leon, expliqué que, selon des experts, de nouvelles coulées pyroclastiques - composées de cendres, de boue, d'eau et de roches à haute températures - pourraient à nouveau se produire.

Chances très faibles de retrouver des vivants. Deux jours après cette éruption, qui a déversé d'importantes quantités de boue, de lave et de cendre ardente, les possibilités de retrouver des survivants étaient très faibles, a reconnu, quelques heures avant cette interruption des recherches, Sergio Cabañas. "Si on est piégé dans le flux pyroclastique, il est difficile de rester en vie", a-t-il souligné, ajoutant que certains corps totalement calcinés pourraient ne jamais être retrouvés.

 

Un pays sur la "ceinture de feu du Pacifique".Le Volcan "de Fuego" était déjà entré en éruption en janvier 2018. En septembre 2012, son précédent réveil avait entraîné l'évacuation de quelque 10.000 personnes résidant dans des villages situés sur le flanc sud. Deux autres volcans sont également actifs au Guatemala: le Santiaguito et le Pacaya. Ce petit pays d'Amérique centrale est situé sur la "Ceinture de feu du Pacifique", une zone qui concentre environ 85% de l'activité sismique terrestre.