Grotte en Thaïlande : le site évacué, l'opération d'évacuation lancée

, modifié à
  • A
  • A
Grotte Thaïlande 1280
Les conditions pour une évacuation sont jugées "parfaites" par la cellule de crise.
Partagez sur :

L'évacuation des neuf jeunes restant dans la grotte reprendra "dans dix heures minimum", selon la cellule de crise. 

L'ESSENTIEL

L'opération d'évacuation des douze enfants et de leur entraîneur de football coincés dans une grotte inondée en Thaïlande depuis 15 jours a débuté dimanche, après des jours de report en raison de risques trop importants, sous la menace de nouvelles pluies faisant monter l'eau, avec de longues portions de plongée. Quatre des treize jeunes ont déjà été évacués. L'évacuation des neuf autres reprendra "dans dix heures minimum", selon les autorités.

La première évacuation s'est révélée plus rapide que prévu, en avance de plus de deux heures sur l'horaires indiqué à l'origine. Une première déclaration d'un responsable du ministère de la Défense faisait état de l'évacuation de six jeunes mais la cellule de crise s'en tenait officiellement à quatre jeunes évacués à l'hôpital. 

Les informations à retenir :

  • Quatre des treize jeunes ont été évacués dimanche
  • "Ils sortiront par petits groupes, cela prendra deux à trois jours", a indiqué un responsable
  • "Quatre garçons ont atteint la troisième chambre", où est installée la base de secours, et "pourront sortir à pied",   

"Les garçons sont prêts à affronter tous les défis". "Aujourd'hui est le grand jour... Les garçons sont prêts à affronter tous les défis", a déclaré Narongsak Osottanakorn, le chef de la cellule de crise, lors d'une conférence de presse organisée à distance du site de la grotte."Le premier devrait sortir vers 21 heures" (16 heures en France), a précisé ce responsable, qui est aussi le gouverneur de la province de Chiang Rai, annonçant le départ vers les enfants de "treize spécialistes de niveau mondial venant de pays ayant un expertise" en spéléologie.

Un peu plus tard, la cellule de crise a précisé que les enfants seraient évacués "par petits groupes", l'ensemble de l'opération étant prévue pour durer "deux à trois jours". Vers 14h30, on a appris que deux  enfants déjà exfiltrés de la partie inondée, dangereuse, d'une grotte en Thaïlande, sont déjà sortis et été évacués vers l'hôpital, a annoncé dimanche le ministère de la Défense. "Deux autres vont vraisemblablement bientôt suivre", a déclaré à l'AFP Kongcheep Tantrawanit, porte-parole du ministère de la Défense.

Jusqu'ici, il fallait onze heures à un plongeur aguerri pour faire l'aller-retour jusqu'aux enfants : six heures aller, cinq heures retour grâce au courant. Long de plusieurs kilomètres dans des boyaux accidentés, le parcours pour sortir de la grotte comprend de difficiles passages sous l'eau. Signe du péril de l'entreprise, un ancien plongeur de la marine thaïlandaise a péri vendredi lors d'une opération de ravitaillement des enfants. Or, une bonne partie des enfants, âgés de 11 à 16 ans, ne savent pas nager, et aucun n'a fait de plongée.

Conditions d'évacuation "parfaites". Actuellement, les conditions pour une évacuation sont jugées "parfaites" par la cellule de crise, notamment en ce qui concerne le niveau d'eau dans la grotte. Les sauveteurs ont fait évacuer dimanche matin le site de la grotte thaïlandaise où les enfants et leur entraîneur sont pris au piège afin de faire de la place pour "aider les victimes". "Tous ceux qui ne sont pas impliqués dans l'opération doivent sortir de la zone immédiatement", a annoncé la police par haut-parleur sur le site, où se trouvent des centaines de journalistes.

Face à l'afflux de journalistes, pataugeant dans la boue depuis des jours, les autorités avaient posé des barrières métalliques pour les tenir à distance et permettre aux secouristes de travailler sans caméras autour.

Niveau d'oxygène stabilisé dans la grotte. Les enfants s'étaient retrouvés piégés le 23 juin par la montée des eaux dans cette grotte au fin fond du nord de la Thaïlande, à la frontière avec la Birmanie et le Laos. Les secours s'interrogeaient depuis des jours sur l'opportunité de déclencher une évacuation périlleuse, des pluies de mousson attendues prochainement risquant de ruiner les efforts continus depuis plusieurs jours pour drainer l'eau de la grotte. Les secours avaient réussi à insérer un tuyau de plusieurs kilomètres pour acheminer de l'oxygène dans la poche où le groupe s'est réfugié et le niveau d'oxygène s'est stabilisé dans la grotte.

Mais des pluies attendues prochainement pourraient réduire une bonne partie du rebord boueux sur lequel le groupe a trouvé refuge. Samedi soir, une grosse averse de mousson est tombée pendant une demi-heure, rappelant l'urgence à évacuer les enfants. C'est déjà à cause des pluies de mousson que les enfants se sont retrouvés piégés après avoir décidé, pour une raison encore non élucidée, de se rendre dans la grotte après leur entraînement de foot, avec leur jeune coach de 25 ans.

En parallèle, la cellule de crise a continué à effectuer des forages dans la montagne, pour une possible évacuation par le haut, et plus de cent forages ont été réalisés à la verticale dans la montagne: certains peu profonds, mais l'un d'entre eux long de 400 mètres. Dimanche matin, aucune percée de ce côté là n'avait été annoncée.