États-Unis : un film anti-avortement rencontre un succès surprise sur fond de polémique

  • A
  • A
De nombreuses chaînes câblées ont refusé de vendre du temps d'antenne au film pour y diffuser la bande-annonce. (Photo d'illustration)
De nombreuses chaînes câblées ont refusé de vendre du temps d'antenne au film pour y diffuser la bande-annonce. (Photo d'illustration) © ZACH GIBSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :
En une semaine d'exploitation, "Unplanned" a réalisé 8,6 millions de dollars de recettes et est quatrième au box-office américain. Le film est accusé de propagande, ce que réfute le co-réalisateur.

Il a réalisé 8,6 millions de dollars de recettes en Amérique du Nord en une semaine. Sorti le 29 mars dernier, Unplanned, film produit par un studio chrétien sur le revirement d'une ancienne cadre du planning familial devenue militante anti-avortement, rencontre un succès inattendu sur les terres de l'Oncle Sam, en pleine offensive politique des opposants à l'IVG

Un film interdit au moins de 17 ans. Quatrième au box-office, Unplanned se place, si l'on rapporte au nombre d'écrans, derrière Us, mais devant Captain Marvel et Dumbo. Pourtant, le film produit par le studio Pure Flix n'a pas bénéficié d'une bonne promotion médiatique, la majorité des chaînes câblées refusant de lui vendre de la publicité. Si l'on ajoute que l'association des studios américains (MPAA) a décidé de classer le court-métrage interdit au moins de 17 ans, les opposants de l'avortement y voient une manœuvre. Un contexte tendu qui sert de base à Marc Thiessen, éditorialiste au Washington Post qui a écrit : "Le film que les partisans de l'avortement ne veulent pas que vous voyiez".

Inspiré d'un livre dit autobiographique. Accusé d'avoir fait un film de propagande, le co-réalisateur Cary Solomon dément. Inspiré du livre dit autobiographique du même nom écrit par Abby Johnson, Unplanned raconte "l'éveil spirituel" d'une ancienne directrice d'une clinique de planning familial du Texas après avoir assisté à un avortement. Démissionnaire en 2009, elle accuse depuis le planning familial d'être guidé par des intérêts financiers.