Donald Trump maintient qu'il va gagner sauf si on lui "vole" l'élection

, modifié à
  • A
  • A
Le président sortant a encore une fois accusé les Démocrates de lui "voler" l'élection, sans preuve. 1:49
Le président sortant a encore une fois accusé les Démocrates de lui "voler" l'élection, sans preuve. © SAMUEL CORUM / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP
Partagez sur :
Donald Trump a répété jeudi qu'il allait gagner l'élection présidentielle américaine, que les démocrates essaient de lui "voler", a-t-il de nouveau accusé, sans aucun élément concret à l'appui.

"Si vous comptez les votes légaux, je gagne facilement. Si vous comptez les votes illégaux, ils peuvent essayer de nous voler l'élection", a affirmé sans preuve Donald Trump jeudi lors d'une conférence de presse à la Maison-Blanche, après s'être déjà déclaré vainqueur des élections américaines dans la nuit de mardi à mercredi.

Toujours les mêmes accusations

"Malgré l'interférence, jamais vue dans une élection, des grands médias, du monde des affaires et des géants de la tech, nous avons gagné avec des scores historiques et les sondeurs se sont délibérément trompés", a-t-il poursuivi. "Il n'y a pas eu la vague bleue (la couleur du parti démocrate) annoncée".

Dans un discours tranchant avec la brève allocution, plus tôt dans la journée, de son adversaire Joe Biden, Donald Trump a déroulé le même argumentaire que lors de sa première intervention au soir du 3 novembre, sans apporter de preuves de ses accusations de fraude électorale.

PODCAST -(Ré)écoutez Mister President
Le politologue Olivier Duhamel vous raconte l'incroyable histoire des élections présidentielles américaines depuis 1948, de Truman à Obama, de Kennedy à Clinton en passant par les Bush, père et fils…
>>> Retrouvez les 12 épisodes sur notre site Europe1.fr,  sur Apple Podcasts, Google Podcasts, SoundCloud ou vos plateformes habituelles d’écoute.

Il fait appel à la "justice"

"Nous ne pouvons permettre à personne de museler nos électeurs et de fabriquer les résultats", a-t-il encore dit. "J'ai le sentiment que la justice devra trancher en fin de compte". Le président semble de plus en plus isolé au sein de son parti républicain, alors que le décompte des votes se poursuivait jeudi dans plusieurs Etats.