Des cinéastes tchèques en grève de la faim pour soutenir Oleg Sentsov

  • A
  • A
Oleg Sentsov a entamé mardi son 100e jour de grève de la faim.
Oleg Sentsov a entamé mardi son 100e jour de grève de la faim. © SERGEI VENYAVSKY / AFP
Partagez sur :
Des cinéastes tchèques entament une grève tournante pendant cinq jours, pour soutenir le réalisateur ukrainien détenu en Russie. 

Plusieurs cinéastes tchèques ont annoncé mardi qu'ils entamaient une grève de la faim tournante, pour manifester leur solidarité avec le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov détenu en Russie qui jeûne, lui, depuis cent jours.
"Nous serons en grève de la faim pendant cinq jours, depuis ce matin jusqu'au 25 août", a indiqué l'un des protestataires, le documentariste Vit Janecek, membre de l'Association des réalisateurs, scénaristes et dramaturges (ARAS).

"Jusqu'à la solution du cas Sentsov". "Nous lançons cette initiative dans l'espoir que d'autres personnes vont s'y joindre pendant les cycles suivants de cinq jours, jusqu'à la solution du cas Sentsov", a-t-il ajouté. Sept cinéastes forment le premier groupe.

Le cinéaste jeûne depuis 100 jours. Opposé à l'annexion de la Crimée, le cinéaste ukrainien a été condamné en 2015 à 20 ans de détention pour "terrorisme" et "trafic d'armes" à l'issue d'un procès qualifié de "stalinien" par Amnesty International et dénoncé par Kiev, l'Union européenne et les États-Unis. Il a cessé de s'alimenter le 14 mai et n'est maintenu en vie que par les compléments alimentaires injectés par l'administration pénitentiaire russe.

"Nous avons symboliquement lancé notre grève de la faim le 21 août", a également dit Vit Janecek, en allusion au 50e anniversaire de l'écrasement par les troupes de l'ex-Union soviétique du mouvement réformateur du "Printemps de Prague", le 21 août 1968.

"Il s'avère que malheureusement les systèmes politiques ont une continuité", a-t-il observé.