Cyberattaque et message en russe sur un réseau social letton en marge des législatives

  • A
  • A
"Camarades Lettons, cela vous concerne. Les frontières de la Russie n'ont pas de limites" ont pu lire certains Lettons. (Illustration)
"Camarades Lettons, cela vous concerne. Les frontières de la Russie n'ont pas de limites" ont pu lire certains Lettons. (Illustration) © AFP
Partagez sur :
Un message en russe, similaire aux slogans nationalistes entendus lors de l'annexion de la Crimée, sont apparus sur le principal réseau social letton... dans un contexte d'élections législatives. 

Le principal réseau social letton a été l'objet samedi d'une cyberattaque qui a consisté à diffuser un message en russe, d'apparence pro-Kremlin, au moment où les Lettons élisent leurs députés et pourraient choisir un parti pro-russe former le gouvernement. Le fonctionnement du réseau a été suspendu et une investigation lancée, a annoncé aux journalistes son porte-parole Janis Palkavnieks.

Les auteurs de l'attaque et leurs intentions précises n'ont pas été identifiés dans l'immédiat. "Nous nous attendions à de tels incidents le jour des élections", a déclaré le chef de la diplomatie lettone, Edgars Rinkevics à l'agence LETA. "Les autorités y sont préparées et une enquête sur cette cyberattaque a déjà été engagée", a-t-il ajouté.

Un message qui rappelle les slogans nationalistes russes lors de l'annexion de Crimée. Les utilisateurs du réseau Draugiem.lv, connu comme Frype.com dans les pays voisins, ont vu apparaître sur leurs écrans un message en russe: "Camarades Lettons, cela vous concerne. Les frontières de la Russie n'ont pas de limites". Ce texte rappelle les slogans nationalistes russes, apparus après l'annexion de la Crimée, affirmant que "la Russie s'arrête là où elle veut" et "la Russie peut choisir à tout moment les pays avec lesquels elle veut avoir une frontière".

Selon les sondages, le parti pro-Kremlin devrait arriver en tête. Le message des hackers s'est poursuivi avec des images de soldats russes en uniforme vert sans signes distinctifs en train d'occuper la Crimée, de chars défilant à Moscou et de Vladimir Poutine souriant en coin. Selon les derniers sondages publiés avant le vote qui s'achève samedi soir, le parti pro-Kremlin, Harmonie, devrait arriver en tête et pourrait former le prochain gouvernement, à condition de pouvoir s'allier un ou deux partis populistes.