"C'est notre chance d'en finir une bonne fois pour toute" : à quelques heures du vote sur l'accord du Brexit, les Nord-Irlandais confiants

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le Parlement britannique vote samedi l'accord du Brexit, déjà entériné par le Conseil européen. C'est la dernière étape du processus entamé il y a trois ans ans lors du référendum. À la frontière irlandaise, où Europe 1 s'est rendue, les habitants espèrent que l'accord sera accepté par les parlementaires.
REPORTAGE

Alors qu'au Parlement britannique, les tractations pour obtenir une majorité sur l'accord du Brexit touchent à leur fin, les habitants à la frontière irlandaise vivent ces heures comme un moment historique. Si l'accord est voté, les Irlandais des deux territoires Sud et Nord seront assurés de pouvoir continuer à vivre sans frontière, leur priorité. Ils suivent donc les débats de très près. 

"J'ai le sentiment qu'il va y arriver. Je le sens bien", indique Terrence, qui n'avait jamais pensé qu'il pourrait un jour se satisfaire de l'action de Boris Johnson. Sa maison donne sur la frontière située au milieu d'un champ. Lui qui a voté pour rester dans l'Union européenne se satisferait de cet accord qui a le mérite d'éviter le retour d'une frontière physique. "Il a bien réussi à convaincre l'Europe alors que personne n'y croyait. Je serais déçu s'il échouait", explique-t-il au micro d'Europe 1. Ce retraité croit surtout à l'intelligence de ces conseillers qui militent en coulisses pour convaincre les indécis de voter pour. 

Un moment historique

Certains parlementaires ont d'ailleurs déjà confirmé qu'ils voteront en faveur de l’accord samedi. "Je suis plutôt optimiste", confie Sean. "Bien sûr, on aurait préféré ne pas en arriver-là, mais je pense que l'accord va être accepté parce que c'est notre dernière chance d'en finir une bonne fois pour toute. Donc même ceux qui sont sur une ligne dure vont voter pour. Mais ce n'est pas terminé : ce sera tellement serré qu'il y aura encore des divisions", explique-t-il. Ces Irlandais au cœur des débats ont surtout l'impression de vivre un moment unique.

"L'Histoire est en train de s'écrire : dans 20, 30 ou 40 ans, qu'importe le résultat, on l'étudiera à l'école... J'aime ce sentiment", explique Nail au micro d'Europe 1. Comme de nombreux Nord-Irlandais, il compte suivre les débats à la télévision, même s'il gardera aussi un œil sur le match de rugby des Irlandais face aux All-Blacks en quart de finale de la Coupe du monde de rugby.

Europe 1
Par Justin Morin, édité par Ariel Guez