Brexit : l'UE prête à accorder un nouveau délai à Londres mais s'interroge sur la durée

  • A
  • A
tusk donald
Redoutant un "Brexit sans accord accidentel", Donald Tusk a avancé l'idée d'une "prolongation flexible, qui ne durerait que le temps nécessaire et pas plus d'un an". © ARIS OIKONOMOU / AFP
Partagez sur :
Mercredi, l'UE devrait annoncer un nouveau délai au Royaume-Uni pour l'organisation du Brexit afin d'éviter un "no deal".

Les 27 de l'Union européenne devraient une nouvelle fois convenir d'un report du Brexit, assorti de conditions et dont la durée reste toutefois à déterminer, lors d'un sommet extraordinaire mercredi à Bruxelles, afin d'écarter le spectre d'un "no deal".

Jusqu'au 30 juin ? Le premier délai accordé par l'UE à Theresa May, du 29 mars au 12 avril, n'a pas porté ses fruits : le Royaume-Uni n'est toujours pas en position de ratifier le traité de retrait négocié entre Bruxelles et Londres.  La Première ministre Theresa May a dans une lettre aux 27 demandé jusqu'au 30 juin pour tenter de rallier les députés britanniques, qui ont déjà rejeté le texte par trois fois. De source diplomatique, le projet de conclusions du sommet ne mentionnait pas de date, laissée en blanc, mardi soir.

Tusk propose "une prolongation flexible". Le constat à Bruxelles est clair : "notre expérience jusqu'à présent, ainsi que les profondes divisions au sein de la Chambre des Communes, nous donnent peu de raisons de croire que le processus de ratification pourra être achevé d'ici à la fin juin", écrit le président du Conseil européen Donald Tusk dans sa lettre d'invitation au sommet. Il rencontrera Theresa May en tête à tête juste avant l'ouverture, mercredi vers 16h30.

Redoutant un "Brexit sans accord accidentel" et soucieux d'éviter des "sommets Brexit à répétition", le Polonais avance l'idée d'une "prolongation flexible, qui ne durerait que le temps nécessaire et pas plus d'un an". Elle pourrait ainsi être interrompue dès ratification de l'accord de retrait par les deux parties. L'idée de Donald Tusk a trouvé un certain écho du côté de Berlin, où Theresa May est venue mardi à la veille du sommet plaider sa cause auprès de la chancelière allemande Angela Merkel. Cette dernière a jugé, lors d'une rencontre qui a suivi avec des membres de son parti, qu'un report "jusqu'à début 2020" est possible, selon des propos rapportés par un participant.

Un an serait "trop long", juge Paris. Dans la foulée, Theresa May s'est rendue à Paris. A la tête du camp des partisans d'une plus grande fermeté, inquiets à l'idée que le Royaume-Uni perturbe le fonctionnement de l'UE de l'intérieur, la France, si elle n'est "pas opposée" à un report du Brexit, estime qu'un délai d'un an "paraît trop long", selon l'Elysée. Paris "n'est pas fermé à construire une autre solution" que le "no deal", mais "avec certaines limites et pas à tout prix", a précisé la présidence avant la rencontre entre Emmanuel Macron et Theresa May.
Eviter les élections européennes. Downing Street a répété dans la journée que Theresa May se concentrait sur la date du 30 juin, tout en insistant que Londres souhaitait garder l'option de partir le 22 mai afin d'éviter les élections européennes (du 23 mai au 26 mai). Pour la première fois, dans son courrier aux 27, la Première ministre avait reconnu l'obligation du Royaume-Uni d'organiser le scrutin si le pays n'était pas parti d'ici là. La durée d'un éventuel report "doit être proportionnelle à l'objectif que doit servir cette extension", a souligné le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier, lors d'une réunion avec des ministres de l'UE mardi en préparation du sommet.