Art africain : Macron va rendre 26 œuvres au Bénin et étudier une politique d'échanges

, modifié à
  • A
  • A
Le chef de l'État s'était engagé l'an dernier à étudier ces restitutions.
Le chef de l'État s'était engagé l'an dernier à étudier ces restitutions. © EMMANUEL DUNAND / AFP
Partagez sur :
Le chef de l'État a décidé d'accéder à la requête des autorités béninoises et de restituer ces œuvres saisies par l'armée française en 1892.

Emmanuel Macron a décidé de restituer "sans tarder" 26 œuvres réclamées par les autorités du Bénin, prises de guerre de l'armée française en 1892, a annoncé vendredi la présidence, après la remise d'un rapport sur la restitution par la France d’œuvres d'art africain.

Une réunion Europe-Afrique début 2019. Le chef de l'État, qui s'était engagé l'an dernier à étudier ces restitutions, propose aussi de "réunir à Paris au premier trimestre 2019 l'ensemble des partenaires africains et européens" pour définir le cadre d'une "politique d'échanges" d’œuvres d'art. Le Bénin, qui avait contribué à lancer le dossier avec sa réclamation de ces statues royales d'Abomey, actuellement propriété du musée du Quai Branly, s'était félicité dès le début de semaine que "la France soit allée au bout du processus".

Ni un cas isolé, ni un cas purement symbolique. Pour l'Élysée, la restitution des œuvres béninoises ne doit pas constituer un cas isolé ni purement symbolique. Le chef de l'État "souhaite que toutes les formes possibles de circulation de ces œuvres soient considérées : restitutions, mais aussi expositions, échanges, prêts, dépôts, coopérations", selon l'Élysée.

Vers une évolution de la législation. Le rapport qui lui a été remis vendredi propose une évolution de la législation afin de restituer aux États demandeurs des milliers d’œuvres d'art africain arrivées pendant la colonisation, qui se trouvent dans les musées français. Il insiste cependant sur plusieurs conditions, comme une demande préalable des États concernés, une information précise sur leur provenance. Il faut aussi des structures pour accueillir les œuvres dans de bonnes conditions, comme le réclament les musées.

Les musées auront un rôle à jouer. Pour la future politique d'échange, le président français souhaite d'ailleurs que "les musées jouent un rôle essentiel dans ce processus". Ils sont ainsi invités à "identifier des partenaires africains, organiser les éventuelles restitutions, la circulation et la diffusion des œuvres". Ils devront aussi aider à mettre en ligne rapidement "un inventaire des collections africaines qu'ils conservent" avec "une recherche systématique de provenance".

Pour "un travail approfondi avec les autres États européens". Emmanuel Macron réclame également "un travail approfondi avec les autres États européens qui conservent des collections de même nature acquises dans de circonstances comparables". Lors d'un discours à l'Université de Ouagadougou le 28 novembre 2017, il avait souhaité que "d'ici cinq ans les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique". Il avait commandé en mars à deux universitaires, Felwine Sarr, de l'université de Saint-Louis (Sénégal) et Bénédicte Savoy, du Collège de France, un rapport sur la question. Ce "travail de réflexion mémorielle sur la colonisation offre un nouvel éclairage sur les circonstances des 'captations patrimoniales' et la spécificité du patrimoine africain", d'après l'Élysée.