Arabie saoudite : deux missiles interceptés au dessus de Ryad

  • A
  • A
Depuis novembre dernier, les rebelles Houthis du Yémen ont intensifié les tirs de missiles balistiques en direction de l'Arabie saoudite
Depuis novembre dernier, les rebelles Houthis du Yémen ont intensifié les tirs de missiles balistiques en direction de l'Arabie saoudite © CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :
La chaîne Al-Massirah, contrôlée par les rebelles Houthis du Yémen, a revendiqué le tir d'une "salve de missiles" sur Ryad.

La défense antiaérienne saoudienne a "intercepté" mercredi deux missiles balistiques au dessus de la capitale Ryad, a annoncé la chaîne de télévision d'État El-Ekhbariya.

Une "salve de missiles". La chaîne Al-Massirah, contrôlée par les rebelles Houthis du Yémen, a revendiqué le tir d'une "salve de missiles" sur des sites économiques de la capitale saoudienne, sans préciser le nombre de projectiles. La chaîne saoudienne El-Ekhbariya n'a pas précisé qui avait tiré ces missiles.

Par ailleurs, dans le Sud de l'Arabie saoudite, la défense antiaérienne a "intercepté" et "détruit" mercredi matin un missile balistique tiré en direction de la ville de Jazane, a indiqué l'agence officielle SPA.

Un missile attribué aux rebelles Houtis. Le colonel Turki al-Maliki, porte-parole de la coalition sous commandement saoudien qui intervient au Yémen depuis 2015, a accusé les rebelles Houthis d'avoir tiré ce missile depuis la province yéménite de Saada et d'avoir "délibérément visé des zones civiles peuplées". 

"Cette action hostile par la milice des Houthis soutenue par l'Iran prouve la poursuite de l'implication du régime iranien" dans le conflit au Yémen, a affirmé l'officier saoudien cité par l'agence SPA. Al-Massirah a aussi revendiqué le tir de missile rebelle vers Jazane.

Une première conséquence du retrait américain ? Les tirs de missiles mercredi vers l'Arabie saoudite sont intervenus au lendemain de l'annonce du retrait américain de l'accord nucléaire avec l'Iran. Ryad a déclaré soutenir la décision du président Donald Trump. Depuis novembre dernier, les rebelles Houthis du Yémen ont intensifié les tirs de missiles balistiques en direction de l'Arabie saoudite, y compris la capitale Ryad.

 

L'Arabie saoudite intervient depuis mars 2015 au Yémen pour tenter de rétablir le gouvernement reconnu internationalement. Les rebelles yéménites Houthis, issus de la minorité zaïdite (branche du chiisme), contrôlent la capitale Sanaa, ainsi que le nord et une bonne partie de l'ouest du pays. La guerre au Yémen a fait quelque 10.000 morts, plus de 54.000 blessés et provoqué "la pire crise humanitaire au monde", selon l'ONU.