Arabie saoudite : attaque de drones contre des installations pétrolières

, modifié à
  • A
  • A
Image d'illustration
Image d'illustration © AFP
Partagez sur :
Plus tôt, la chaîne de télévision al-Massirah, contrôlée par les rebelles au Yémen voisin, avait fait état d'une "opération militaire majeure" contre des cibles saoudiennes.

Deux stations de pompage ont été visées par une attaque de drones mardi près de la capitale saoudienne Ryad, ce qui a forcé le géant pétrolier Aramco à cesser ses opérations sur un oléoduc majeur, a annoncé le ministre de l'Energie Khalid al-Falih.

Une attaque des rebelles yéménites 

Plus tôt, la chaîne de télévision al-Massirah, contrôlée par les rebelles au Yémen voisin, avait fait état d'une "opération militaire majeure" contre des cibles saoudiennes avec "l'utilisation de sept drones" contre des "installations vitales" saoudiennes. 

L'attaque est "une réponse aux crimes" et au "blocus" imposé par l'Arabie saoudite au Yémen voisin, a déclaré un haut responsable rebelle yéménite. "Notre peuple n'a pas d'autre choix que de se défendre de toutes ses forces", a ajouté sur Twitter Mohammed Abdelsalam, porte-parole des rebelles Houthis. L'Arabie saoudite intervient militairement depuis 2015 dans le conflit au Yémen pour aider le pouvoir face aux rebelles Houthis, soutenus politiquement par l'Iran.

Ryad parle d'attaque "terroriste" 

Dans une déclaration relayée par l'agence officielle saoudienne Spa, Khalid al-Falih a indiqué que deux stations de pompage avaient été visées le matin par des "drones armés", ce qui a provoqué un "incendie" et des "dégâts mineurs" à une station, avant que le sinistre ne soit maîtrisé.

La compagnie Aramco "a pris des mesures temporaires et a interrompu temporairement les opérations sur l'oléoduc" Est-Ouest qui relie la Province orientale, une région saoudienne riche en pétrole, à la mer Rouge, a-t-il dit en condamnant cette attaque "terroriste". Dimanche, des "actes de sabotage" mystérieux ont été commis sur quatre navires dans le Golfe, dont deux pétroliers saoudiens, selon les autorités des Emirats arabes unis, pays allié de Ryad.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP